Et si on faisait marcher sa tête avant de manger ?

© Fotolia

Aaaah ! Je ne peux pas résister ! C'est trop bon, j'ai trop faim, j'en ai trop envie, je ne peux pas m'en passer. C'est avec ces mots que l'on justifie souvent l'impossibilité de maigrir à cause de ces pulsions qui nous jettent sur des aliments savoureux et dont l'excès nous a fait grossir. Comment arriver à les maitriser sans que la vie ne soit synonyme de frustrations ?

Publicité

Les pulsions vers la récompense

Ca sent bon chez le boulanger, il y a juste une fournée de tartes aux pommes qui vient de sortir. On en achète une pour le dîner, ça fera plaisir à tout le monde. Et on ne résiste pas à une pulsion vers un chausson aux pommes dont on se régale sur le trottoir, petite récompense perso.

On fait ses courses hebdomadaires au supermarché, on en a plein le dos de pousser ce chariot rempli de lessives, de sacs poubelles, de croquettes pour le chien, de paquets de litière pour le chat, de bouteilles de lait et on arrive devant le rayon des biscuits. A la maison, tout le monde adore les petits biscuits fourrés d'un truc gras/sucré, car ils sont bien croquants et fondent ensuite délicieusement dans la bouche. On en achète trois paquets et une pulsion nous pousse à en croquer la moitié d'un en faisant la queue à la caisse. Histoire de se récompenser inconsciemment de la corvée et du stress des courses.

Publicité
Publicité

Dans un tiroir de son bureau, on stocke des billes de chocolats qui ne fondent pas dans les doigts. On les adore parce que l'on peut les croquer discrètement (et sans être obligé d'aller se laver les mains pour ne pas salir le clavier de l'ordi) quand on a besoin de se faire du bien, de se récompenser pour cause de fatigue, d'ennui, de client désagréable, de logiciel récalcitrant etc.

Les neurones de la récompense

Les occasions de s'offrir ainsi une récompense tout au long de la journée ne manquent pas. Et chaque fois, on met en branle un système super sophistiqué dans notre cerveau.

En effet, il y a dans celui-ci une petite zone deneurones, un circuit nerveux appelé système de la récompense où sont activés des neuromédiateurs, des petites molécules qui nous font du bien, nous donnent une sensation de plaisir. C'est ce même système de la récompense qui fonctionne avec les drogues, le tabac et l'alcool.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 02 Septembre 2011 : 11h19
Mis à jour le Jeudi 15 Septembre 2011 : 10h36
Source : Bradley M. Appelhans, Matthew C. Whited, Kristin L. Schneider, Sherry L. Pagoto. Time to Abandon the Notion of Personal Choice in Dietary Counseling for Obesity?Journal of the American Dietetic Association, 2011; 111 (8): 1130 DOI: 10.1016/j.jada.2011.05.014