Seniors : attention aux effets indésirables des anti-inflammatoires !

Les problèmes articulaires représentent la principale cause des douleurs chroniques chez le sujet âgé. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des médicaments très efficaces pour soulager ces tourments rhumatologiques. C'est ainsi que les seniors sont devenus les premiers consommateurs de cette famille thérapeutique. Malheureusement, ce sont également eux les plus touchés par des effets indésirables souvent graves, parfois mortels. Voici quelques principes simples à connaître.
Publicité

Pourquoi l'âge représente-t-il un facteur de risque quand on prend des AINS ?

Le senior voit sa fonction rénale diminuer, ralentissant l'élimination des substances toxiques. Le nombre de ses pathologies augmente, ce qui le fragilise. Il en découle souvent une majoration des prescriptions, multipliant les risques d'interaction médicamenteuse. De plus, la menace de dénutrition souvent réelle, surtout par carence d'apport en protéines, joue sur la concentration sanguine des médicaments.

Quels risques pour quels organes ?

Les effets secondaires chez le sujet âgé concernent surtout le tube digestif mais également le foie et les reins, moins bien connus et moins souvent diagnostiqués.Le tube digestif : de la brûlure à l'ulcèreLe risque d'érosion de l'estomac, du duodénum ou des intestins est majeur au cours des 3 premiers mois de traitement. Il existe d'autant plus qu'avec l'âge, les mécanismes de défense de la muqueuse gastrique s'affaiblissent. Ce phénomène peut rester très longtemps sans symptômes avant de se découvrir au moment d'une complication aiguë (hémorragie, perforation, anémie par saignement passé inaperçu).L'œsophage peut-être lui aussi touché par l'inflammation chronique, occasionnellement responsable d'un vrai rétrécissement.Les reins : insuffisance rénale et trouble de la tension artériellePar leurs principes actifs, les anti-inflammatoires favorisent l'insuffisance de la filtration rénale et le rein peut être touché dans chacune de ses parties structurelles. Pour autant qu'il y ait déjà une insuffisance cardiaque ou rénale chronique, une hypertension artérielle ou encore une prise de médicaments comme les diurétiques ou les antihypertenseurs, les risques d'insuffisance rénale aiguë sont quasiment inéluctables.Les AINS augmentent la pression artérielle, que les gens soient hypertendus ou non. Ainsi parfois, l'utilisation de ces médicaments conduit à la prescription d'antihypertenseurs !Le foie : attention à l'hépatite médicamenteuseLes hépatites dues aux anti-inflammatoires ne sont pas rares et méritent que l'on y pense.Les autres problèmesLes AINS perturbent l'équilibre sel/eau, ce qui peut provoquer des oedèmes des membres inférieurs, voire une décompensation cardiaque. Peuvent également apparaître des états confusionnels, des crises d'asthme ou des hypoglycémies chez des sujets âgés traités par certains médicaments antidiabétiques.

Publicité
Publicité
 
Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 13 Août 2001 : 02h00