Se lever la nuit pour faire pipi: quand la nycturie empoisonne la vie

Le sommeil est indispensable à notre bien-être physique et psychique, à condition toutefois d'être réparateur. Pourtant, plus de la moitié des femmes et des hommes de plus de 50 ans se lèvent une ou plusieurs fois par nuit pour uriner. La nycturie est la cause la plus fréquente d'interruption du sommeil nocturne, ce qui n'est pas sans conséquence sur la qualité de vie.

PUB

Des mictions fréquentes et abondantes

Un adulte produit normalement entre 1 et 2 litres d'urine par repas et se soulage en moyenne 4 à 6 fois par jour. Idéalement, il devrait pouvoir passer la nuit sans se lever pour se rendre aux toilettes, car la quantité d'urine excrétée pendant la nuit est de 2 à 4 fois inférieure à celle produite en journée. Toutefois, s'il se réveille régulièrement ou systématiquement pour urine r pendant la nuit, il est peut-être atteint de nycturie, un trouble mictionnel caractérisé par des émissions d'urine qui ne diminuent pas ou peu pendant la nuit ou sont même plus abondantes que pendant la journée. Cette affection complexe touche autant les hommes que les femmes et s'intensifie avec l'âge.

PUB
PUB

Une baisse de la qualité de vie

Une enquête menée en Suède auprès de personnes professionnellement actives a révélé que les personnes obligées de se lever une ou plusieurs fois par nuit pour se rendre aux toilettes faisaient preuve de moins d'énergie et de vitalité pendant la journée avec comme conséquence un manque de productivité au travail et une qualité de vie perturbée par rapport aux personnes ayant la chance de passer des nuits complètes sans se réveiller. Autrement dit, les troubles du sommeil ont un coût économique indirect important. Une fatigue excessive causée par un trouble comme la nycturie nuit aux prestations diurnes du patient. On a estimé la perte de productivité à 9,2%.

Publié le 12 Avril 2010 | Mis à jour le 11 Avril 2016
Auteur(s) : Claudine De Kock, journaliste santé
Source : Communiqué de presse "A force de se réveiller plusieurs fois par nuit pour uriner, on ne peut que se sentir fatigué pendant la journée", à l'occasion de la Journée Internationale du sommeil, 21 mars 2007.
Voir + de sources
Kobelt G, Borgström F, Mattiasson A. The impact of nocturia on individuals. A pilot study in Sweden, BJU Int 2003. Asplund R, Aberg H. Nocturnal micturition, sleep and well-being in women of ages 40-64 years. Maturitas 24 1996: 73-81).