Les risques cachés de la chirurgie esthétique

© getty

Bien que banale aujourd'hui, la décision de subir une opération de chirurgie esthétique ne se prend pas à la légère. Cette quête de beauté physique, étroitement liée à l'image de soi et à d'autres facteurs psychologiques, doit aussi être évaluée par rapport aux risques psychologiques.

PUB

Chirurgie esthétique : des risques physiques bien connus

Il s'agit en tout premier des risques attachés à l'anesthésie, qu'elle soit locale ou générale, nécessaire pour effectuer toute opération. Mais aussi les problèmes éventuels de cicatrisation -même si certaines techniques permettent aujourd'hui de les diminuer au maximum, les réactions de la peau sont difficiles à prévoir- ou encore d'infection.

PUB
PUB

La chirurgie esthétique est aussi un risque psychologique

Dans son livre "La beauté sur mesure", Françoise Millet-Bartoli se penche sur les aspects psychologiques de la chirurgie esthétique, et sur les risques psychologiques qui existent lorsque l'on choisit de faire modifier son apparence extérieure. Le premier risque est d'aggraver un trouble qui existait déjà avant l'opération. Si l'envie d'avoir enfin un nez droit et sans défaut est en fait la manifestation d'une dépression sous-jacente, la chirurgie esthétique n'améliorera pas la situation, et risque même, en perturbant la perception de soi, d'aggraver le problème. Il arrive que les patients opérés ne se reconnaissent plus dans leur nouveau physique, même après un changement mineur ; le risque est alors qu'ils continuent à se faire opérer encore et encore, puisque leur visage "de référence" a disparu.

Publié le 08 Septembre 2008 | Mis à jour le 22 Janvier 2016
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé
Source : Françoise Millet-Bartoli: "La beauté sur mesure", ed. Odile Jacob, 2008-08-27