Rhinite allergique : d'authentiques troubles du sommeil !

Les personnes atteintes de rhinite allergique présentent des troubles du sommeil en plus des symptômes locaux classiques (éternuements, nez bouché, démangeaisons nasales….) . L'obstruction nasale est-elle responsable de ces perturbations du sommeil ? Non, cette affection a aussi une composante cérébrale…

PUB

Les symptômes de la rhinite allergique sont classiquement décrits par des éternuements à répétition, des narines qui démangent et le nez bouché. Il est un autre symptôme beaucoup moins connu : les troubles du sommeil.

Rhinite et troubles du sommeil

Les études montrant cette relation sont pourtant nombreuses. Pendant la saison des pollens par exemple, les personnes atteintes de rhinite allergique présentent davantage de somnolences durant la journée que les autres. L'analyse de la qualité du sommeil de sujets atteints de rhinite allergique depuis au moins un an montre que toutes les composantes du sommeil sont altérées par rapport à des sujets contrôles. Ainsi par exemple, 42% des rhinitiques contre 18% des témoins avaient des difficultés d'endormissement, 43% contre 20% avaient des réveils nocturnes, 63% contre 25% se sentaient encore fatigués le matin au réveil, et enfin ils étaient davantage sujets aux ronflements et aux apnées. Ces troubles sont d'autant plus importants que la rhinite allergique est évaluée comme sévère.

PUB
PUB

Les symptômes locaux de la rhinite allergique n'expliquent pas tout

L'obstruction nasale et les symptômes locaux ne sont pas seuls responsables de ces troubles du sommeil, lesquels ont un rapport avec le système nerveux central. L'inflammation locale joue un rôle, et elle peut se répercuter à distance et provoquer des réactions au niveau cérébral. En attendant davantage d'explications sur les mécanismes, soulignons que les effets de la rhinite allergique sur le sommeil sont aussi à l'origine de troubles psychologiques. Un mauvais sommeil se traduit par des somnolences diurnes, de la fatigue, une altération des performances, des difficultés d'apprentissage, des modifications de l'humeur aussi, et des troubles du comportement chez l'enfant. Le traitement de la rhinite doit donc être global et tenir compte de ces larges répercussions psychologiques.

Publié le 20 Août 2007 | Mis à jour le 18 Janvier 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Le Quotidien du médecin, Cahier 2, 29 juin 2007.