Rester en forme grâce au jeûne !

Publié le 24 Décembre 2012 | Mis à jour le 24 Décembre 2012
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© getty

A l’heure où tout le monde vous parle de foie gras, d’huîtres, de pâtés, de poulardes, de cannetons, de poissons en sauce, de truffes et autres pâtisseries, je me propose de vous parler de la diète… Serais-je rabat-joie ?

Nullement, mais un grand amateur de la vie et des sens, qui sait se ressourcer pour en profiter de plus belle. Surtout qu’avec Noël et le jour de l’An, les bombances vont se suivre et c’est tant mieux !

En fait, si la fête nous fait du bien, la diète nous en fait aussi…

PUB

Il est très rare de nos jours en Europe de croiser quelqu’un qui est resté toute une journée sans manger, ou alors il était bien malade ! Aussi, à chaque fois que j’explique que j’aime bien jeûner de temps en temps, on me demande ce que cela fait avec curiosité.

En pleine forme grâce au jeûne !

Ce que cela fait ? Du bien assurément et c’est surprenant la première fois. Pour ma part je ne fais que des jeûnes d’une journée, à la façon des mormons. Je prends mon petit-déjeuner le matin et hop, c’est fini pour la journée, jusqu’au lendemain matin.

La première chose qu’il est amusant de constater, c’est que la faim ne tient pas longtemps dès lors que l’on sait que l’on ne mangera pas et que l’on s’occupe.

La deuxième se constate surtout le soir : les petites douleurs qui s’envolent, bonjour la souplesse retrouvée. C’est ainsi que lorsque je fais une séance de yoga à la fin d’une journée de jeûne, elle est beaucoup plus agréable car je suis moins rouillé. Et puis le lendemain, on se sent en pleine forme !

PUB
PUB

Mais ceci n’a vraiment rien d’étonnant et s’explique très bien scientifiquement. Par exemple, la seule mesure qui permette vraiment de faire vivre plus longtemps les animauxde laboratoire, la seule solution que nous ayons trouvée pour allonger la durée de la vie est… le jeûne. Cela s’observe aussi chez les humains. Si le régime Okinawa est si efficace pour ses habitants régulièrement centenaires, c’est parce qu’il est équilibré bien sûr, mais aussi parce qu’il est hypocalorique, ceux qui le suivent étant tous très minces.

Le jeûne nettoie l’organisme des cellules cancéreuses

Plus fort, le jeûne permet à des animaux cancéreux de survivre et de supporter des doses plus fortes de chimiothérapie. Ainsi des souris, atteintes d’un neuroblastome, systématiquement mortel, ont été 40 % à survivre quand leur chimiothérapie était associée à un jeûne de plusieurs jours.

Comment expliquer cette puissance du jeûne ?

C’est tout simplement qu’au bout de quelques heures d’abstinence alimentaire, le niveau du glucose baisse dans les cellules. Celles-ci changent alors de mode de métabolisme pour passer au mode « entretien », qui se fait à partir des réserves de graisses. Toutes les cellules ? Non, car les cellules cancéreuses ne disposent pas de la possibilité de passer en mode entretien et elles se mettent alors à mourir…

Cette puissance du jeûne est tellement forte que les expériences d’association du jeûne et de la chimiothérapie ont commencé chez l’homme à la Mayo Clinic, à l’USC Norris Center de Los Angeles et à l’Université de Leiden aux Pays-Bas.

En pratique, il est proposé aux patients deux jours de jeûne avant et une journée de jeûne après. Bien entendu, ce protocole n’est pas proposé aux personnes diabétiques ou à celles ayant perdu récemment plus de 10 % de leur poids.

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés