Régimes : maigrir et regrossir sans cesse augmenterait le risque de décès

© Istock

Perdre du poids, puis en reprendre et vice versa n'est pas seulement mauvais pour le moral. Des chercheurs coréens ont trouvé que les fluctuations pondérales augmenteraient le risque de mortalité.

PUB

Faire l'effet yoyo avec son corps est dangereux. D'après la revue de l'Endocrine Society, appelé Journal of Clinical Endcrinology & Metabolism, des chercheurs de l'Université National de Séoul du Collège de Médecine, de l'université de médecine d'Ajou et de l'hôpital de Bundang en Corée du Sud ont trouvé une corrélation entre les fluctuations de poids et le risque de décès.

Effectivement, perdre des kilos en période de stress, puis les reprendre aussi vite qu'on les a perdus serait néfaste pour notre santé en général.

PUB
PUB

Une étude sur 3 678 personnes sur une durée de 16 ans

Durant 16 ans, les chercheurs ont collecté des données sur le poids de 3 678 hommes et femmes et sur leur santé tous les deux ans en Corée du sud.

Leurs résultats ont montré que les patients dont le poids fluctuait étaient plus sujets à être obèse et à afficher des taux de HbA1c que les patients dont le poids variaient peu. La HbA1c, hémoglobine glyquée est une molécule qui lie hémoglobine et glucose. Plus son taux est élevé, plus le risque de diabète augmente.

Cependant, une perte de poids chez les personnes atteintes d'obésité permettrait une réduction du risque de diabète. De même, les personnes obèses qui présentaient des variations de poids étaient en fait moins susceptibles de développer du diabète.

Ainsi, des variations importantes et régulières de poids pourraient être liées à des risques plus élevés de diabète et d'obésité, deux facteurs de risque de décès prématuré.

80 % des personnes perdant du poids grâce à un régime en reprennent

Ces chercheurs ont tenu à appuyer le fait que dans 80% des cas, les kilos perdus pendant un régime finiraient par revenir, voire même à être supérieur au poids de départ. D'après l'étude, cela s'expliquerait par le fait qu'après une perte de poids, le corps a tendance à exprimer des dépenses énergétiques plus faibles : il réduit sa consommation d'énergie au repos, pendant le sport et pendant les activités quotidiennes. En parallèle, la sensation de faim augmenterait également. Autrement dit, toutes les conditions sont réunies pour une nouvelle prise de poids. Un phénomène que l'Endocrine Society qualifie de "tempête métabolique" dans un communiqué.  Les régimes trop strictes sont donc à éviter !

PUB
PUB

Contenus sponsorisés