Régime protéiné : régime "miracle" ?
Sommaire

Régime protéiné : un régime très strict

Les régimes protéinés se déroulent généralement en plusieurs étapes distinctes. La méthode Dukan commence par exemple par une phase "d’attaque". Durant 3 à 10 jours, la personne doit strictement s’en tenir à une liste de produits protéinés (viande maigre, produit laitier 0%…). Vient ensuite le retour aux légumes, un jour sur deux. Cette phase dite d'alternance se termine quand la personne a atteint le poids recherché. Une longue phase de consolidation clôture le régime. Elle organise un retour progressif à une alimentation équilibrée.

Le régime protéiné ne fait pas l’unanimité

Les diététiciens restent sceptiques face aux régimes protéinés. Pour eux, de tels régimes constituent souvent un leurre.

"Les gens sont convaincus qu’ils vont régler en quelques semaines des mauvaises habitudes alimentaires parfois établies depuis des années", explique Thierry Denies, diététicien.

"Or ces régimes n’éduquent pas à une alimentation équilibrée à long terme, ils ne changent pas durablement les habitudes".

Autre problème : l’important risque d’effet rebond. "La phase qui réintègre petit à petit les groupes alimentaires proscrits est particulièrement difficile à négocier. Elle dure très longtemps et n’est pas gratifiante, car la personne ne maigrit plus. Après s’être longtemps privés, beaucoup de gens craquent et reprennent très vite du poids."

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Thierry Denies, diététicien, membre de l’UPDLF.
La méthode Dukan, Dr Pierre Dukan, Editions Flamarion, 2009.
Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement, rapport d’expertise collective, ANSE (Agence nationale française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), novembre 2010.