Le réchauffement climatique et la pollution : un désastre au plan des maladies cardiovasculaires !

L'enjeu de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) qui vient de se terminer le 11 décembre à Paris était de contenir l'augmentation des températures à 2°C de plus par rapport à l'ère préindustrielle. Une urgence tant la pollution industrielle et domestique, principal coupable favorisant le réchauffement climatique, est dévastatrice sur le plan des maladies cardiovasculaires. Revue de détail.

PUB

La pollution atmosphérique, une meurtrière

La pollution de l'air a causé 524 000 décès prématurés en Europe en 2012, autant que les années précédentes (1) : 432 000 décès sont à mettre sur le compte des particules fines, 75 000 sur celui du dioxyde d'azote et 17 000 sur celui de l’ozone. Il ne fait pas bon vivre en ville : 87% de la population urbaine de l'Union européenne était exposée en 2013 à des concentrations de PM2,5 (les fameuses particules en suspension parmi les plus fines, mesurant 2,5 microns) supérieures à la valeur fixée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Maladies cardiovasculaires, première conséquence de la pollution

La pollution atmosphérique serait responsable de 400 000 décès prématurés chaque année en Europe, pour 80% par maladies cardiovasculaires (notamment infarctus du myocarde), loin devant les maladies pulmonaires et le cancer (1) (2).

PUB
PUB

En effet, sur le long terme, la pollution atmosphérique aggrave non seulement des problèmes cardiaques chez les malades (infarctus du myocarde, angine de poitrine, troubles du rythme cardiaque, accident vasculaire cérébral, maladies des coronaires) mais produit également des effets nocifs sur le système cardiovasculaire des personnes "saines" !

Exactement comme pour le tabagisme* - rappelons qu’avec 78 000 morts par an rien qu’en France et 700 000 en Europe, il tue beaucoup plus que la pollution atmosphérique -, les mécanismes physiopathologiques impliqués sont des phénomènes de thrombose (formation de caillots sanguins), une altération de la capacité des vaisseaux à se dilater et des phénomènes inflammatoires.

Pr Daniel Thomas, cardiologue au CHU de La Pitié Salpêtrière à Paris, président d'honneur de la Fédération française de cardiologie (FFC) : « Ces mécanismes vont entraîner une déstabilisation des plaques d’athérome (dépôts progressifs de cholestérol) et provoquer des accidents aigus vasculaires notamment au niveau des artères coronaires (artères du cœur). D’ailleurs, les pics de pollution et les accidents vasculaires aigus sont en parfaite corrélation chronologique ! De plus, l’altération de la capacité des artères à se dilater peut être à l’origine des phénomènes de spasmes coronaires. Il s’agit d’un rétrécissement brutal du calibre des artères, favorisant la coagulation sanguine et pouvant conduire à des troubles du rythme ventriculaire cardiaque voire à la mort subite par occlusion de l’artère. Enfin, le monoxyde de carbone empêche le transport normal de l’oxygène dont il prend la place dans les globules rouges, ce qui est tout particulièrement préjudiciable chez les patients coronariens (souffrant de maladies des coronaires). »

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 09 Décembre 2015 : 18h31
Mis à jour le Jeudi 10 Décembre 2015 : 14h34
Source :

(1) Selon le rapport 2015 de l'Agence Européenne pour l'Environnement (AEE) ; (2) www.fedecardio.org  et http://mafedecardio.org ; (3) Mathilde Pascal et coll. BEH/InVS N° 38-39 | 24 novembre 2015, Changement climatique et santé : nouveaux défis pour l'épidémiologie et la santé publique.

D’après un entretien avec le Pr Daniel Thomas, cardiologue au CHU de La Pitié Salpêtrière à Paris, président d'honneur de la Fédération française de cardiologie (FFC) 
La rédaction vous recommande sur Amazon :