Rappel : des chaussures à talons Primark peuvent causer des allergies

Primark rappelle ses escarpins Kimball vendus dans ses magasins français et belges. La semelle intérieure des chaussures à talons peut provoquer des réactions allergiques cutanées en raison de la présence d’un produit toxique supérieur à la norme.
© Istock

Ecouter l'article :

Si vous êtes revenues de votre dernière session shopping avec une paire d’escarpins Kimball n°06689 de Primark, méfiance !L’enseigne irlandaise de distribution de vêtements à bas prix prévient ses clients que ces chaussures font l’objet d’un rappel.

Rappel d’escarpins Primark : des risques de réactions allergiques 

La marque explique dans son communiqué "Il a été porté à notre attention que le produit Escarpins pointure large à petits talons ne répond pas aux normes de sécurité élevées habituelles de Primark®". Elle ajoute "des niveaux de chrome hexavalent (VI) supérieurs à ceux autorisés ont été détectés dans la semelle intérieure en cuir du produit, ce qui risque d'entraîner une réaction allergique cutanée". Les personnes qui portent ces souliers, peuvent entre autres souffrir de dermatites sévères.

Le produit problématique a été vendu dans les magasins de l’Hexagone du 4 janvier 2019 au 15 février 2020 et dans les établissements belges du 12 janvier au 11 décembre 2019.

L’entreprise qui ouvrira prochainement sa 17e boutique française, invite les clients en possession de ces chaussures à les retourner dans n’importe quel magasin Primark en vue d'un remboursement intégral. Elle précise qu’aucune preuve d'achat ne sera demandée.

Rappel : détenez-vous ces escarpins Primark allergisants ?

Pour savoir si vous êtes en possession des chaussures incriminés, il suffit de vérifier s’ils correspondent aux éléments suivants

  • Marque : Primark
  • Nom du produit : escarpins pointure large à petits talons
  • Modèle : Kimball n° 06689
  • Motif du rappel : des niveaux de chrome hexavalent (VI) supérieurs à ceux autorisés ont été détectés dans la semelle intérieure en cuir du produit
  • Risque : réaction allergique cutanée, brûlure

Qu’est-ce que le chrome hexavalent ou chrome VI ?

Le chrome hexavalent ou chrome 6 est un élément métallique très toxique. Il est présent de manière significative dans l’environnement en raison principalement des rejets industriels. Composé de nombreux produits chimiques(trioxyde de chrome, dichromate de sodium…), il est utilisé dans de nombreux procédés industriels comme le tannage du cuir, la production d’acier inoxydable, d’aciers spéciaux et d’alliages ou encore la préparation de surface avant peinture. 

Quels sont les risques d’une exposition au chrome hexavalent ?

Ce produit est classé comme cancérogène par l’Union européenne depuis 1990. Toutefois, il provoquerait des cancers à l’homme que lors d’une exposition par inhalation (US EPA, 1998). Des liens entre cet élément et le cancer du poumon ont été découverts. Certaines études assurent qu’il augmente aussi les risques de cancers nasaux et des sinus (CIRC, 2012). Un contact avec le Chrome 6 par voie respiratoire peut aussi provoquer des irritations nasales et des saignements de nez.

Lorsque le chrome hexavalent est un des composés des produits en cuir comme des semelles, il peut provoquer des réactions allergiques. Une étude de 2013 de l’European Chemicals Agency indique qu’entre 0,2 et 0,7% de la population est allergique au chrome hexavalent. Cela représente entre un et trois millions d'Européens. Elle précisait alors que "plus de 30% des articles en cuir actuellement sur le marché contiennent plus de 3 mg de chrome hexavalent par kilo, ce qui est la concentration limite actuellement proposée".

Selon ANSES, une exposition chronique au chrome VI via l’eau de boisson ou l’alimentation peut par ailleurs causer des troubles gastro-intestinaux (ulcérations buccales, diarrhées, douleurs abdominales, dyspepsies et vomissements) et hématologiques (anémies, leucocytoses et neutrophiles immatures). Les cas d'intoxication au chrome hexavalent grave sont susceptibles de provoquer des altérations du matériel génétique ou conduire au décès.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.