Quand le tissu graisseux se transforme en cartilage ...

Des chercheurs de Caroline du Nord démontrent qu'il est possible de modifier le destin des cellules du tissu graisseux en les transformant en cellules du cartilage. Ainsi, d'ici trois à cinq ans, on pourra peut être réparer des traumatismes du cartilage à l'aide de cette nouvelle technologie cellulaire et d'un petit fragment de graisse prélevée par lipoaspiration chez le patient.
PUB

Ne contenant ni vaisseaux sanguins, ni nerfs, ni vaisseaux lymphatiques, le cartilage recouvrant les surfaces osseuses des articulations ne possède qu'une très faible capacité de réparation. Ainsi actuellement, lorsque le cartilage articulaire est endommagé, il n'existe aucun remède satisfaisant malgré de nombreuses tentatives utilisant les dernières techniques de pointes.

Une nouvelle approche d'avenir

Une équipe de chercheurs montre qu'il est aujourd'hui envisageable de créer des cellules cartilagineuses à partir d'une source cellulaire illimitée et d'accès facile. Ils ont prélevé par lipoaspiration des cellules graisseuses (adipocytes) qu'ils ont ensuite placé dans un milieu de culture approprié. Deux semaines plus tard, ces adipocytes se sont transformés en cellules du cartilage (chondrocytes). Elles sécrètent les même protéines et autres substances que celles produites normalement par des chrondrocytes.

PUB
PUB

Une réalité clinique ?

Cette nouvelle approche pourrait devenir réalité d'ici trois à cinq ans. Ainsi, des patients atteints de lésions cartilagineuses pourraient bénéficier d'une implantation chirurgicale de cartilage développé directement à partir de leurs propres cellules graisseuses. De plus, avec un tel procédé, on s'affranchit des problèmes de rejet et de transmission éventuelle de maladies puisque les tissus implantés proviennent de la même personne.Les auteurs envisagent dans un premier temps d'utiliser cette méthode pour aider les patients dont le cartilage articulaire a été endommagé à la suite d'un traumatisme ou d'un accident de sport.

Publié le 12 Mars 2001
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Congrès annuel de l'Orthopedic Research Society, San francisco, février 2001.