Quand Papa mange trop et mal…

Soumis par Paule Neyrat le
Ce sont ses enfants qui trinquent !Une étude récemment publiée a montré que l’alimentation des pères, avant le crac-crac concepteur d’enfant, avait une influence positive ou négative sur la santé de celui-ci.
PUB

Cette étude a été menée en Chine, sur des souris, comme toujours dans les débuts d’une recherche.

Des femelles ont été inséminées avec le sperme de deux groupes de mâles, les uns nourris de façon équilibrée, les autres avec une alimentation bien grasse.

Ensuite, ils ont surveillé les différents souriceaux au fur et à mesure de leur croissance.

PUB

Il n’y avait pas vraiment de différence de poids chez les souriceaux.

Mais les chercheurs se sont aperçu que les petits nés des pères qui avaient mangé beaucoup de gras étaient affectés de deux facteurs de développement du diabète : intolérance au glucose et résistance à l’insuline.

PUB

La plupart du temps, les études menées sur des souris se confirment ensuite quand elles le sont sur les humains.

Donc, si vous envisagez de faire un enfant, et si votre compagnon se goinfre de charcuteries, incitez-le à mettre la pédale douce sur le gras !

De toutes façons, ça n’est pas bon pour sa santé à lui aussi.

Paule

Source : http://www.sciencemag.org/content/early/2015/12/29/science.aad7977

Soumis par Paule Neyrat le
PUB

A lire aussi

Alimentation grasse et pollution : un cocktail dangereux pour le coeur

Poisson, mercure et risque cardiovasculaire : un équilibre délicat...

Thérapie génique et chimiothérapie, une combinaison gagnante

Pesticides : le chlordécone a un impact à long terme sur la fertilité

Pourquoi nous sommes davantage attirés par les aliments gras et sucrés

Oméga-3 contre le diabète

Plus d'articles