À quand l’interdiction du perchloroéthylène, ce poison des pressings ?

À la suite du décès d’une femme de 72 ans qui habitait juste au-dessus d’un pressing, une information judiciaire pour « homicide involontaire » a été ouverte à Nice. Cette femme a été progressivement intoxiquée par des émanations de perchloroéthylène.
© Fotolia

Ce produit chimique était émis par le pressing situé au-dessous et dont les installations ont été jugées non-conformes.

Le perchloroéthylène (ou tétrachloroéthylène) est un solvant utilisé dans les pressings pour le nettoyage à sec, qui dissout les graisses.

Le perchloroéthylène est classé cancérigène potentiel

L’exposition au perchloroéthylène peut provoquer des irritations des voies respiratoires et des yeux, des vertiges, des nausées, une somnolence et des pertes de mémoire. Mais à la longue, les effets sont graves et irréversibles. En effet, le perchloroéthylène a été reconnu comme un cancérigène probable par le Centre international de recherche sur les cancers. Il est potentiellement toxique pour le système nerveux, le foie, les reins et les voies respiratoires.

Le réseau environnement santé (RES) et Générations futures réagissent en demandant l’interdiction de ce produit chimique hautement dangereux pour les travailleurs exposés et pour les riverains.

Se protéger du perchloroéthylène en pratique

Si vous faites partie de personnes exposées au perchloroéthylène (vous travaillez dans un pressing, vous habitez à proximité immédiate d’un pressing), soyez attentifs aux symptômes décrits ci-dessus et n’hésitez pas à consulter votre médecin.

Sinon, ne rangez jamais immédiatement dans votre placard un vêtement qui revient du pressing. Prenez soin d’ôter le plastique et de laisser votre vêtement s’aérer dans un endroit ventilé ou à l’extérieur, afin que les vapeurs de perchloroéthylène s’évacuent et ne polluent pas votre air intérieur.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Communiqué de presse de Générations futures et Réseau environnement santé (RES) du 15 décembre 2010.