Quand le foot fait grossir…

Publié le 10 Septembre 2013 | Mis à jour le 10 Septembre 2013
Auteurs : Paule Neyrat, Diététicienne
© getty

… les supporters ! 

PUB

Deux chercheurs de l’Insead de Fontainebleau ont d’abord analysé les consommations de calories et de gras de 726 supporters de foot américain, le dimanche, jour de match et pendant les deux jours suivants. Ceux de l’équipe perdante mangeaient plus (10 % de calories supplémentaires) et plus gras (+ 16 %).

Tandis que ceux de l’équipe gagnante mangeaient moins (-5% de calories) et moins gras (- 9%).

PUB
PUB

Explication : les supporters ressentent la défaite comme un échec personnel et ils consolent leur ego en mangeant. Tandis que celui des gagnants le renforce et est donc une source de bien-être.

Ces chercheurs ont confirmé cette étude avec des supporters français en leur montrant des vidéos de la victoire de l’Équipe e France lors de l’Euro 2000 et la défaite de la Coupe du monde de 2006. Ils pouvaient ensuite consommer au choix des chocolats, des chips, des tomates cerise et du raisin.

Que croyez-vous qu’ils ont surtout grignoté après la vidéo de la Coupe du monde ? Pas des tomates et du raisin !

Si votre mec est supporter des Bleus, en ce moment, il risque fort de prendre du poids !

Paule

Cornil Y, Chandon P, From fan to fat ? Vicarious losing increases unhealthy eating, but self-affirmation is an effective remedy, Psychological Science, août 2013.

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés