Qualité de l’eau des effluents hospitaliers et têtards fluo

© getty

La société Watchfrog, installée près du Centre hospitalier sud francilien (CHSF) a mis au point une technique inédite : des têtards modifiés génétiquement qui deviennent fluorescents au contact de certains polluants contenus dans l’eau.

Watchfrog a mis au point ce procédé pour un appel à projet du Ministère du redressement productif, afin de développer les stations de surveillance des effluents liquides hospitaliers.

PUB

Des enjeux sérieux

En France, les stations d’épuration ne peuvent pas filtrer tous les résidus médicamenteux engendrés par les établissements hospitaliers, qui représentent 10 % du total en eau de surface.

Ces résidus, même en très petites quantités, peuvent avoir des effets sur le développement du cerveau, le métabolisme ou la reproduction.

PUB
PUB

Le principe est simple : différents types de têtards réagissent suivant le polluant avec lequel ils entrent en contact. « Certains ne réagissent qu'aux polluants impactant les hormones thyroïdiennes, d'autres aux polluants impactant la reproduction ou le développement du cerveau » explique Anne Feraudet, directrice adjointe de Watchfrog.

Ce qui permet de connaître rapidement les polluants contenus dans l’eau et leurs effets sur des organismes vivants.

Vers la commercialisation

La société Watchfrog, qui teste déjà sa station mobile de surveillance des eaux par les têtards dans une station d’épuration francilienne, va bientôt mettre en œuvre sa technique pour tester les effluents du CHSF.

Son objectif est bien sûr le développement et la commercialisation de cette technique batracienne.

Publié le 04 Janvier 2013 | Mis à jour le 07 Janvier 2013
Auteurs : Hopital.fr
Source : hopital.fr
PUB
PUB

Contenus sponsorisés