Psyllium : attention aux effets indésirables

Le psyllium est un remède naturel très utilisé pour ses propriétés laxatives. Mais s’expose-t-on, lorsqu’on utilise le psyllium, à des effets secondaires ? Le psyllium peut-il entraîner des ballonnements ?
© Istock

Contre-indications à l’usage du psyllium

En tant que laxatif doux, le psyllium peut convenir à pratiquement toutes les personnes qui présentent des problèmes de transit. Néanmoins, on préfère contre-indiquer son utilisation chez les personnes qui ont du sang dans les selles. De même, il est préférable de ne pas prendre de psyllium (ou en tout cas pas sans avis médical) lorsqu’on souffre de problèmes intestinaux tels qu’une sténose ou une paralysie intestinale. De même, les personnes ayant un mégacôlon doivent éviter ce type de traitement. En revanche, il n’y a aucun risque pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Psyllium : effets secondaires

Le psyllium entraîne fréquemment des ballonnements et des flatulences en début de traitement. Il ne s’agit toutefois que de symptômes passagers qui vont s’amenuiser puis disparaître si on continue à l’utiliser. À noter qu’il est important de bien respecter la marche à suivre qui consiste à boire beaucoup d’eau. En effet, sans cela, il y a un risque d’obstruction du tube digestif, ce qui est précisément ce que l’on cherche à éviter.

Interactions médicamenteuses du psyllium

Dans certains cas, le psyllium peut bloquer l’assimilation de certaines substances prises simultanément. Mieux vaut donc éviter d’en prendre dans les deux heures qui suivent l’administration d’un traitement bêtabloquant, antiépileptique ou encore après des compléments alimentaires contenant des sels minéraux ou de la vitamine B12.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :