La psychothérapie mieux encadrée

Jusqu'ici, n'importe qui pouvait s'autoproclamer psychothérapeute, avec ou sans formation, avec ou sans qualification, avec ou sans compétence, avec ou sans sérieux. Un nouveau décret vient de changer la donne.
PUB

La psychothérapie encadrée par la loi

Le Journal Officiel a publié jeudi 22 mai 2010 le décret relatif à l'usage du titre de psychothérapeute. Lire le décret :

www.legifrance.gouv.fr

Le texte expose les compétences requises et le type de formation nécessaire pour avoir le droit au titre de psychothérapeute, de pouvoir s'inscrire au registre national de la profession et exercer en tant que psychothérapeute. Les psychothérapeute s déjà installés, et ne présentant pas les compétences requises, peuvent demander une dérogation, en fournissant un dossier qui passera devant une commission d'experts.

PUB
PUB

Les médecins psychiatres seront automatiquement considérés comme psychothérapeutes.

Les médecins non psychiatres devront avoir suivi 200 heures de formation et 2 mois de stage pour pouvoir obtenir le titre de psychothérapeute.

Les psychologues devront avoir suivi deux mois de stage pratique et 150 heures de formation théorique pour les cliniciens, et 300 heures pour les non-cliniciens.

Les psychanalystes se voient imposer 200 heures de formation et 2 mois de stage s'ils souhaitent être considérés comme des psychothérapeutes.

Les Français de plus en plus adeptes des psychothérapies

Plus de 8 % des personnes interrogées affirment suivre ou avoir suivi une psychothérapie (1). Cela représenterait environ 5 million de Français. Le magazine Psychologie a de plus en plus de lecteurs, de 100 000 lecteurs il y a 10 ans, il en est aujourd'hui à 300 000. Angoisse existentielle, phobies, difficultés de couple, harcèlement au travail, violence dans la société, divorce... Les motifs de consultations sont variés, et il ne faudrait pas imaginer que l'on consulte au moindre bobo. C'est la plupart du temps une souffrance insupportable qui incite à consulter. Raison de plus pour offrir à ces personnes en demande des praticiens qualifiés à la hauteur pour les aider. C'est le but de ce décret que la plupart des professionnels saluent, certains le trouvant trop laxiste. Il s'agit néanmoins d'un progrès manifeste, qui empêchera certains mouvements sectaires de se revendiquer comme lieu de psychothérapie pour embrigader de nouveaux adeptes.

" Cela aura été le plus long de mes combats parlementaires. Pour y parvenir, il aura quand même fallu onze ans et six Ministres de la Santé... ". Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, ne cache pas sa satisfaction après la publication, samedi 22 mai au Journal Officiel.

(1) Sondage CSA réalisé en juin2006 pour Psychologies Magazine.

Publié le 31 Mai 2010
Auteur(s) : Dr Catherine Solano