Le vrai visage du psoriasis

Publié le 25 Octobre 2005 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
L'aspect inesthétique du psoriasis s'accompagne d'un retentissement psychologique important pour les patients. Isolés, ils souffrent d'une image d'eux-mêmes altérée par la maladie. Par ailleurs, cette maladie non-contagieuse reste entourée d'idées reçues. Michèle Corvest, Directrice de l'Association pour la lutte contre le psoriasis (APLCP) et Hélène Mouty dermatologue*, nous apportent de précieuses informations.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Quelles sont les principales caractéristiques et les répercussions de cette maladie ?

Le psoriasis est une des maladies de la peau les plus fréquentes (environ 3 millions de personnes en France). C'est une maladie chronique qui se manifeste par des lésions inflammatoires rouges recouvertes de squames blanches d'aspects érythémato-squameux. Ces « plaques » sur la peau sont le plus souvent localisées aux coudes, aux genoux et au cuir chevelu. Cette maladie crée une gêne tant pour le malade que pour son entourage en raison de son aspect inesthétique et des conséquences psychologiques que cela implique. Car même si le psoriasis n'est pas contagieux, peu de gens le savent et l'aspect de la peau est un handicap pour les personnes atteintes.

Le psoriasis est dû à un dysfonctionnement du système immunitaire. Cela engendre une croissance accélérée des cellules cutanées, qui se traduit par des plaques et une desquamation de la peau. Maladie imprévisible, le psoriasis est rythmé par des phases de poussées (apparition de plaques), séparées par des périodes de rémission plus ou moins prolongées. Il peut engendrer des complications rhumatismales.

Si l'impact du psoriasis sur la qualité de vie est majeur, c'est parce que le retentissement psychologique de la maladie est très important : souvent les patients souffrent d'une image d'eux-mêmes altérée par la maladie. Cela varie d'un patient à l'autre, selon de multiples critères : son caractère, son histoire personnelle, sa profession, son mode de vie…... De surcroît, lorsqu'ils cohabitent depuis longtemps avec le psoriasis, un sentiment de découragement peut apparaître, notamment dû aux échecs thérapeutiques. Aussi, la gravité du psoriasis dépend, au même titre que l'étendue des lésions, du degré de retentissement sur la qualité de vie, puis de la résistance du psoriasis aux différents traitements.

Comment améliorer la qualité de vie des patients ?

Les patients ont besoin de comprendre leur maladie et d'être informés sur les causes, la chronicité et l'évolution possible du psoriasis. Ils doivent identifier les facteurs déclenchants de leurs poussées afin de contrôler leur maladie pour qu'elle devienne supportable.

Les patients se sentent souvent isolés ou exclus à cause du psoriasis. Or, il existe des groupes de parole mis en place par l'Association France Psoriasis, ainsi que des conférences et congrès qui permettent de partager les expériences et de dédramatiser la maladie.

Enfin, le regard de l'autre étant très souvent difficile à affronter, il est indispensable d'informer le grand public, le partenaire, la famille, de la non contagiosité de cette affection, afin d'améliorer le vécu du patient atteint de psoriasis.

Le fait de noter l'histoire, la gêne occasionnée par leur maladie ou les traitements sur un carnet peut permettre aux patients d'établir une bonne relation avec leur médecin et d'aborder plus sereinement les options thérapeutiques.

Quelles sont les dernières avancées thérapeutiques ?

Le but des traitements est de diminuer la sévérité de la dermatose afin de restaurer le bien-être physique et psychique du patient. L'avancée des connaissances concernant l'origine immunologique du psoriasis a conduit au développement de nouveaux traitements spécifiquement ciblés sur les facteurs en cause. Issus des biotechnologies, il existe de nouveaux traitements qui ont été conçus pour agir directement sur le dysfonctionnement immunitaire responsable du psoriasis. Ces biothérapies sont administrées par voie injectable en sous-cutanée, ce qui permet aux patients de se traiter eux-mêmes à leur domicile (une à plusieurs fois par semaine selon le traitement). Ils sont initiés par les dermatologues hospitaliers et peuvent être renouvelés par les dermatologues en ville. Ces nouvelles thérapeutiques sont destinées aux patients atteints de forme modérée ou sévère, en échec ou ayant une contre-indication aux traitements systémiques usuels.