Prise de poids ? Et si c'était dû à un évènement de la vie ?

Le grignotage, les excès, une alimentation déséquilibrée et la sédentarité, sont les premiers facteurs de risque pointés du doigt pour expliquer la progression du surpoids et de l'obésité. Mais certains évènements de la vie, qu'ils soient psychosociaux ou familiaux, jouent également un rôle important dans la prise de poids. Constatations.
© Istock
Sommaire

Certains évènements de la vie augmentent le risque d'obésité

Des chercheurs français se sont intéressés à un échantillon de la population française constitué de 3000 adultes habitant l'agglomération parisienne. Après avoir indiqué leur poids et les éventuelles variations de corpulence, les sujets ont été interrogés sur les évènements survenus au cours de leur vie, dont les évènements familiaux vécus pendant l'enfance, l'adolescence ou plus tard à l'âge adulte.

Quels sont les évènements qui favorisent le surpoids ?

On constate que 36,5% des sujets sont en surpoids.

Les hommes sont plus souvent concernés par le surpoids et les femmes par l'obésité.

Le risque de surpoids est plus élevé chez les femmes :

- Dont les parents sont de nationalité africaine ou maghrébine,

- Ayant eu des enfants,

- Ayant vécu une enfance malheureuse suivie d'une adolescence heureuse.

Inversement, les femmes sont plus souvent minces lorsqu'elles ont :

- Connu une séparation ou un divorce,

- Vécu une enfance heureuse suivie d'une adolescence malheureuse.

Quant aux hommes, leur risque de surpoids augmente :

- s'ils ont eu des enfants,

- s'ils vivent ou ont vécu avec une partenaire atteint d'une maladie grave.

Inversement, les hommes sont plus minces :

- S'ils ont connu le décès d'un conjoint,

- S'ils ont eu une grave maladie avant l'âge de 18 ans.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Martin J. et coll., BEH, n°4, 2010.