Une prise en charge hospitalière personnalisée après l’accouchement

Publié le 12 Novembre 2013 par Hopital.fr
Les patientes sont de plus en plus nombreuses à exprimer le désir de retourner chez elles rapidement après la naissance de leur bébé. C’est pourquoi les hôpitaux publics, désireux de répondre à cette demande, diversifient leur offre de prise en charge en post accouchement immédiat. Le CHU d’Angers vient, dans ce cadre, de mettre en place un service de suivi à domicile après la naissance.
PUB
© getty

Diversification du suivi post-partum

La prise en charge de suivi à domicile offerte par le CHU d’Angers est facultative et vient simplement diversifier le suivi post-partum.

Cette offre s’adresse uniquement aux femmes ayant eu une grossesse et un accouchement sans complication. De plus, le suivi à domicile est proposé aux femmes à bas risque social, médical et psychologique.

PUB

Limiter la durée des séjours à l’hôpital

Non seulement le suivi à domicile permet de répondre aux attentes de plus en plus de couples d’une réduction de la médicalisation des premiers jours de l’enfant mais également à celles des autorités sanitaires qui encouragent une baisse de la durée du séjour dans les hôpitaux après l’accouchement.

PUB

L’exemple du CHU d’Angers

Depuis le 7 octobre 2013, la maternité du CHU d’Angers se déplace chez ses patientes pour les accompagner lors des premiers jours de vie de leur enfant. Si la santé du nouveau-né et celle de sa mère le permettent, une sortie de la maternité peut être envisagée au bout de 48h ou 72h après la naissance.

Pour accompagner ce retour à la maison, les sages-femmes de cette maternité se déplacent à domicile dès le lendemain ou surlendemain de la sortie.

PUB
Contenus sponsorisés

A lire aussi

Sortie de maternité : des dispositifs de sortie accélérée

Sortie de maternité : visite à domicile dès 48 heures

Sécu : raccourcir les séjours en maternité pour faire des économies ?

Votre sortie de maternité

Sortie de maternité précoce : enfin des recommandations

Sortie de maternité : de plus en plus précoce

Plus d'articles