Premier autotest de fertilité masculine

© Istock

Depuis vendredi, les hommes peuvent acheter en pharmacie un kit leur permettant de tester à domicile leur fertilité. Cet autotest est indicatif, c’est-à-dire qu’il ne remplace pas le spermogramme dans le diagnostic d’infertilité masculine, mais il peut inciter les couples connaissant des difficultés à concevoir un enfant à consulter dans les meilleurs délais. 

Publicité

L’infertilité est masculine dans la moitié des cas

Lorsqu’un couple rencontre des difficultés à concevoir, les causes d’infertilité sont partagées. On estime qu'un tiers des stérilités du couple sont d'origine masculine exclusivement, un tiers d'origine féminine et un tiers d'origine masculine et féminine. Autrement dit, les « torts » sont partagés à égalité.

Grâce à ce nouveau test, les hommes peuvent désormais tester eux-mêmes leur fertilité, chez eux, dans leur intimité. Attention toutefois, le résultat n’est qu’indicatif. Toute confirmation nécessite de réaliser le test classique, reposant sur le spermogramme. Toutefois, l’autotest peut aider les hommes à affronter cette éventualité et inciter les couples à consulter dans les meilleurs délais.

Publicité
Publicité

L’autotest de fertilité masculine en pratique

Il s’achète en pharmacie et coûte entre 35 et 39 euros. Il n’est pas remboursé par l’Assurance maladie. Il repose sur le dosage du nombre de spermatozoïdes par millilitre. S’ils sont en nombre suffisant (plus de 15 millions de spermatozoïdes par ml), deux barres rouges s’affichent en moins de 10 minutes, contre une seule en cas d’insuffisance pouvant témoigner d’une infertilité.

Il est fiable à 98%, mais les critères de fertilité masculine reposent sur plusieurs autres paramètres que seule une analyse spermatique (le spermogramme) peut déterminer.

Son nom : SpermCheck Fertilité. Avant d’arriver en France, il était déjà disponible en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 11 Février 2015 : 09h58
Mis à jour le Mercredi 11 Février 2015 : 11h23
Source : Communiqué de Contravac, février 2015.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés