Pourquoi les sportifs toussent-ils ?

Il n'est pas rare après un long footing ou une sortie à vélo de se mettre à tousser, parfois de manière incontrôlable. Faut-il s'en inquiéter ?
PUB

Observez les coureurs à pied, les cyclistes, les skieurs de fond. A l'arrivée d'une épreuve, ils sont très régulièrement victimes de quintes de toux. Dans d'autres sports aussi, on renâcle et on crache plus souvent qu'à son tour. C'est presque un devoir pour les footballeurs d'arroser la pelouse après chaque action de jeu. Ces habitudes peu ragoûtantes reflètent en réalité nos difficultés respiratoires à l'effort, surtout dans des ambiances froides. Explications.

Le chemin de l'air

Avant de pénétrer dans nos poumons, l'air doit normalement être réchauffé et humidifié. C'est le rôle imparti à nos narines, richement équipées en microscopiques vaisseaux sanguins et dont les parois sont en outre tapissées de poils. Le problème se pose à l'effort lorsque l'air aspiré en trop grandes quantités déborde les habituelles voies de passage nasales. On se met à respirer par la bouche et l'air pénètre de ce fait dans les alvéoles sans subir les transformations physiques d'usage. A la longue, cela aboutit à une déshydratation des cellules qui forment les petites voies aériennes. L'épaississement du mucus de surface et la mise en branle des processus inflammatoires conduisent in fine à une diminution du diamètre des voies aériennes. En toussant, on force simplement le passage.

PUB
PUB

Une dyspnée générale

Le plus souvent, il s'agit de quintes isolées. Mais le syndrome prend parfois la forme de véritables crises que l'on désigne par l'expression asthme d'effort alors qu'on serait mieux inspiré d'utiliser l'appellation médicale bronchoconstriction induite par l'exercice (BIE). De nombreux sportifs se reconnaîtront dans cette description et le cortège de symptômes qui l'accompagne: toux, serrement de la poitrine, sifflement, ou encore essoufflement post-exercice (*). Une étude chez les skieurs de montagne révélait que c'était le cas pour plus de la moitié d'entre eux. Dans les cas les plus graves, les sportifs finissent par s'inquiéter de la survenue de ce syndrome et se rendent chez un médecin pneumologue pour passer une batterie de tests. Le diagnostic de dyspnée s'accompagne souvent d'une prescription de médicaments broncho-dilatateurs. D'où la réputation de certaines disciplines de produire des asthmatiques à la pelle.(*) Rundell K, Spiering B, Evans T and Baumann J. Baseline lung function, exercise-induced bronchoconstriction, and asthma-like symptoms in elite women ice hockey players. Med. Sci. Sports Exerc. 2004; 36: 405-410.

Publié le 14 Avril 2008
Auteur(s) : Gilles Goetghebuer, journaliste santé