Pourquoi faut-il apprendre aux enfants à bien faire pipi ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 07 Avril 2008 : 02h00
Vider sa vessie est un réflexe simple mais qui relève d'un mécanisme fragile. Les enfants qui se retiennent ou qui ne prennent pas le temps de vider correctement leur vessie s'exposent à des problèmes de fuites ou à des infections urinaires. Repères, explications et conseils pour leur apprendre à bien faire pipi.
PUB

De la vessie au cerveau

La vessie est une poche étanche dont la fonction est de stocker l'urine, pendant un certain temps. La capacité dépend de l'âge. Ainsi, vers 2 ans, la vessie d'un enfant peut contenir 85 ml, l'équivalent d'une petite tasse, tandis qu'à 4 ans, elle peut stocker jusqu'à 200 ml (une grande tasse), une capacité qui normalement permet d'éviter le « pipi au lit ». Vers 8-10 ans la vessie contient plus de 250 ml, pour atteindre 400 à 700 ml chez l'adulte (2 à 3 grandes tasses). L'intérieur de la vessie possède des capteurs qui alertent le cerveau lorsque celle-ci est à moitié pleine. C'est ainsi que naît la sensation d'avoir envie de faire pipi. Le message est délivré à l'avance de sorte que l'on ait le temps de s'organiser, c'est-à-dire que l'on puisse se retenir le temps d'arriver aux toilettesUne fois installé aux toilettes, notre cerveau donne l'ordre au sphincter (sorte de robinet qui rend la vessie étanche) de s'ouvrir. Lorsque l'enfant apprend la propreté, il apprend précisément à contrôler l'ouverture et la fermeture de ce sphincter.Ce système fonctionne très bien et devient même rapidement un réflexe, mais à condition de ne pas le forcer et notamment de ne pas se retenir trop et trop souvent. C'est ce que les enfants ont parfois tendance à faire : préférant jouer, ils ne prennent pas le temps d'aller aux toilettes et se retiennent pendant très longtemps, trop longtemps ; à l'école, par manque d'intimité ou de propreté, certains enfants choisissent de se retenir toute la journée

PUB
PUB

Des fuites aux infections urinaires

De telles situations de retenues troublent les messages de la vessie au cerveau. Or le cerveau, à force d'être alerté, ne traite plus correctement le message et c'est ainsi que des fuites d'urine apparaissent ou inversement, que le sphincter devient très difficile à ouvrir provoquant des difficultés à vider correctement la vessie et favorisant les rétentions d'urine. Il arrive aussi que les messages soient tellement embrouillés qu'ils entraînent une constipation. Mais il existe un problème encore plus grave, celui des infections urinaires. Lorsque l'urine reste trop longtemps dans la vessie (plus de 3 heures), les bactéries se mettent à proliférer et provoquent des infections urinaires dont les symptômes sont douloureux et handicapants : brûlures, besoins répétitifs et pressant d'aller aux toilettes, douleur et lourdeur dans le bas-ventre, fatigue, fièvrePlus fréquentes chez les filles, elles se traitent à l'aide d'antibiotiques. Il faut ensuite apprendre à bien faire pipi, afin que le problème ne se reproduise plus.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 07 Avril 2008 : 02h00
Source : Association française d'urologie (AFU), 6e semaine nationale de l'incontinence, 31 mars au 4 avril 2008.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Besoin fréquent d'urinerPublié le 21/03/2005 - 00h00

Située dans le bassin, la vessie est un organe en forme de sac, composé de fibres musculo-membraneuses et tapissé d'une muqueuse. L'urine arrive par les uretères, des canaux qui relient la vessie aux reins. Durant la miction, la vessie se contracte (ce sont les contractions vésicales), le...

Faire pipi, ça s'apprendPublié le 04/09/2006 - 00h00

Fortes odeurs des urines, fuites, démangeaisons, constipation, mal au ventre, infections urinaires… ces inconvénients sont signes de mauvaises habitudes. Et oui, faire pipi ça s'apprend !

Quels médicaments contre le pipi au lit ?Publié le 13/09/2011 - 09h27

Contre l'énurésie nocturne, ou pipi au lit, il y a des solutions comportementales ou l'alarme stop-pipi, mais certains médicaments peuvent aussi aider. Ils sont de deux sortes : les anticholinergiques et la vasopressine.

Plus d'articles