Pollution : pire qu'on ne le supposait...

La pollution augmente le risque de décès cardiovasculaire. Selon une nouvelle étude, le risque de ces décès augmente de 76% en moyenne et en fonction de la concentration en polluants. Quant au risque de survenue des évènements cardiovasculaires, il s'accroît de 24%...
Publicité

La pollution augmente les maladies cardiovasculaires

La pollution des grandes villes, et notamment l'exposition à de fortes concentrations de particules fines dans l'air, a été clairement associée à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire. Mais cette démonstration repose uniquement sur l'accroissement du taux de pollution et du nombre de décès cardiovasculaires enregistrés. On a notamment ainsi démontré que la mortalité par infarctus du myocarde était augmentée les jours de forte pollution urbaine.Mais une nouvelle étude nous démontre l'ampleur du phénomène sous un jour encore plus sombre.

Publicité
Publicité

Facteurs de risque cardiovasculaire et taux d'exposition aux polluants

Celle-ci a porté sur 66.000 femmes ménopausées enrôlées à l'âge de 63 ans, entre 1994 et 1998, alors indemnes d'antécédent cardiovasculaire (cohorte WHI). Elles ont été suivies en moyenne durant 6 ans.Au terme de cette période, 1.800 femmes ont présenté un évènement cardiovasculaire. Leur survenue a été corrélée à leur lieu d'habitation, qui était majoritairement le même depuis plus de vingt ans pour tous les sujets. Et pour chaque femme, leur exposition moyenne durant l'année 2000 vis-à-vis des polluants atmosphériques a été calculée (de 3,4 mcg/m3 à 28,3 mcg/m3).

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 05 Mars 2007 : 01h00
Source : Miller et coll., New England Journal of Medicine, pp 447 et 511, 1er février 2007.