Plus de 5 millions de Français souffrent de solitude

© Istock

Un Français sur dix vit en situation d’isolement. Les accidents de la vie, les faibles ressources, le grand âge... augmentent le risque de solitude.

Publicité

Réseau : les copains d’abord !

Selon la dernière enquête du Credoc pour la Fondation de France, 10% des Français n’ont aucun réseau et ne rencontrent presque jamais personne dans l’année. Impossible de compter sur quelqu’un de leur entourage en cas de coup dur ou de partager une joie ou une peine avec les autres. 22% ont des liens réguliers dans un seul réseau social : les voisins pour 35%, les amis pour 26%, la famille pour 22%, les associations pour 13% et les collègues pour 4%. « L’intérêt pour la vie amicale est une caractéristique française. Plus d’une personne sur deux lui accorde une place centrale en France, soit davantage qu’en Allemagne, Italie ou Espagne », indique le rapport. Plus surprenant : les relations avec les voisins sont aussi plébiscités et dépassent le simple « bonjour » dans l’escalier. Pour preuve, l’instauration depuis quelques années de la « fête des voisins ». Enfin

Publicité
Publicité

68% des Français ont des relations dans plusieurs milieux différents.

La précarité engendre l’isolement

Chez les personnes isolées, ce sont le plus souvent les conditions de vie qui altèrent le lien social : 12% sont demandeurs d’emploi, 14% inactifs et 34% ont des bas revenus. Résultat : la moitié d’entre eux sont partis en vacances au cours des 12 derniers mois contre 63% pour l’ensemble de la population. Ils sont aussi plus nombreux à ne pas fréquenter les équipements sportifs et culturels. La proportion à l’isolement est aussi plus forte chez les personnes séparées de leur conjoint. La santé contribue également au repli sur soi : 29% des personnes isolées se déclarent en mauvaise santé contre 19% dans la population générale. En outre, 28% disent être déprimé. Retraite, perte de son travail, éloignement des enfants, perte du conjoint... L’âge est un facteur de risque : il y a 7% d’isolés chez les moins de 25 ans, 12% après 69 ans. « Loin de la solitude choisie, les isolés ou les fragiles socialement se sentent plus souvent abandonnés, exclus ou inutiles », rapporte le Credoc.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 13 Décembre 2016 : 16h27
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h10
Source : Enquête Credoc « Conditions de vie et aspirations », étude pour la Fondation de France, 2016.
PUB
PUB