Les plantes anti-pollution : à cultiver chez soi et au travail !

Le principe est simple : épurer l'air par les plantes. Notre environnement intérieur (domicile, lieu de travail…) concentre encore plus de polluants que l'extérieur. Recourir à des plantes judicieusement choisies pour respirer un air plus sain chez soi est une idée fort intéressante.
Publicité

Les plantes absorbent certains polluants

Notre habitat est un véritable concentré de polluants. En effet, la plupart des matériaux dégagent des composés organiques volatils (COV) extrêmement toxiques, dont le plus courant se dénomme formaldéhyde. Les COV proviennent par exemple des peintures, colles, vernis, solvants, laques, mais aussi des vêtements qui reviennent du pressing, de tous les meubles de cuisine et autres étagères en contreplaqué, des moquettes, produits de vitrification, désodorisants, parfums, isolants (laine de roche, de verre, linoléum), de tous les produits de combustion (gaz, bois, tabac) et même de l'eau de la douche (chloroforme) !Bref, tout espace confiné concentre des COV. L'aération est une des meilleures façons de diminuer les concentrations en COV, mais cultiver certaines plantes chez soi semble une solution supplémentaire très intéressante. Comme l'indique clairement l'Association Plant'Airpur, les feuilles absorbent les polluants de l'air, lesquels sont ensuite convertis dans les racines en produits organiques, nutriments de base pour la plante. Et chaque plante a ses propres particularités, ses préférences. Des études scientifiques très sérieuses sont actuellement en cours dans de nombreux pays, avec par exemple en France le programme Phytair, dont l'objectif est de mettre en évidence les propriétés épuratrices des plantes en pot vis-à-vis de très nombreuses substances polluantes.

Publicité
Publicité

Quelles sont les plantes les plus performantes en matière d'épuration ?

Plants for People (une initiative internationale visant à diffuser des informations sur les bénéfices apportés par les plantes dans l'environnement du travail) propose sur son site une liste des plantes les plus efficaces en fonction du type de polluants qu'elles sont capables d'extraire (voir ci-dessous). Une autre liste, certes plus concise, mais plus pratique, a été proposée (1) :

  • Tabac : sansevieria, chlorophytum, pothos dracanea.
  • Electromagnétique (ordinateur, matériel TV, hi-fi, vidéo) : cactus.
  • Peintures, détergents, colles provenant des moquettes, meubles en contreplaqué, mousses d'isolation, teintures : lierre, aloé vera, ficus.
  • Solvants : chrysanthème.

Dans leur livre "100 réflexes pour rajeunir en beauté", Isabelle Delaleu, Anne Dufour et Muriel Gaudin, ajoutent que les plantes aident également à lutter contre les microbes, les moisissures et autres polluants hors COV. "Les conifères, le dieffenbachia, les bégonias, les chrysanthèmes et les géraniums libèrent dans l'air des substances antibactériennes et même des antibiotiques".Et enfin, des plantes dont les feuilles jaunissent, pâlissent ou se colorent de noir, ne souffrent pas forcément du mode d'arrosage, mais signalent peut-être plutôt un excès de COV. A vous de mener l'enquête ! Reste que de nombreuses plantes peuvent se révéler toxiques pour les enfants et les animaux qui auraient l'idée de les goûter. Alors placez-les toujours hors de leur portée. (1) Isabelle Delaleu, Anne Dufour et Muriel Gaudin, "100 réflexes pour rajeunir en beauté", éditions Leduc.S.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 16 Juillet 2007 : 02h00
Source : Association Plant'Airpur, Plants for People, Isabelle Delaleu, Anne Dufour et Muriel Gaudin, "100 réflexes pour rajeunir en beauté", éditions Leduc.S.