Pilule et risque de thrombose veineuse : qu’en est-il ?
Sommaire

Un large éventail de pilules pour une prescription personnalisée

C’est l’occasion de bien rappeler que la prescription d’une pilule ne se fait jamais à la légère. Il existe des recommandations de prescription et d’utilisation qu’il convient de respecter. Lors de toute prescription de contraception, le médecin prend en compte les éventuels facteurs de risque et les contre-indications afin de choisir le contraceptif le mieux adapté à chaque femme.

Par ailleurs, l’éventail de contraceptifs aujourd’hui disponibles, notamment en terme d’associations estroprogestatives, permet de trouver celui qui correspond le mieux au profil hormonal précis de chaque femme, mais aussi le mieux toléré, et d’adapter le traitement pour une meilleure adhésion et ainsi faciliter l’efficacité de la contraception, en prévenant les oublis de pilule.

Oubli de pilule : un autre risque

En effet, le principal facteur de risque de grossesse non désirée est lié à l’oubli de pilule. A côté d’un rare risque de thrombose veineuse, on dénombre encore dans notre pays 220.000 IVG par an, un chiffre stable depuis 30 ans, dont 50.000 chez des femmes qui prennent la pilule ! Rien d’étonnant, près de la moitié des femmes sous pilule déclarent l’oublier parfois, souvent ou régulièrement…

Pour aider les femmes à ne plus oublier leur pilule, différentes méthodes sont conseillées, dont des Applications pour smartphone. En cas d'oubli avéré, on peut utiliser l'outil mis à disposition par le Ministère de la santé sur le site de l'INPES. Il suffit de choisir le nom de la pilule dans la liste proposée : Choisir sa contraception.fr / En cas d'oubli

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Point d’information de l’Afssaps, du 14 novembre 2011, « Contraceptifs oraux estroprogestatifs et risque de thrombose veineuse. (1) British Medical Journal (BMJ) du 26 octobre 2011.