Le pied du diabétique expliqué en BD

Chez certains diabétiques, le pied est une partie du corps fragile qui mérite une très grande attention. Afin d’inciter les patients à une surveillance quotidienne de leurs pieds et à des soins appropriés pour éviter une ulcération grave, les laboratoires Roche ont conçu une BD. Le dessin représente « un moyen de communication moderne, particulièrement adapté pour transmettre des messages concrets de manière simple, claire et de dédramatiser ». 
© getty

Le diabétique risque des ulcérations plantaires graves

Concrètement, 15 % des patients diabétiques présenteront une ulcération du pied au cours de leur vie.

Dans le monde, une amputation des membres inférieurs est réalisée toutes les 30 secondes chez un patient diabétique.

L’hyperglycémie favorise les complications neurologiques artérielles et infectieuses. Nombre de patients diabétiques risquent une altération des nerfs périphériques (neuropathie) entraînant une perte de sensibilité plantaire. Ainsi, en cas de lésion au niveau du pied, le diabétique ne ressent pas de douleur, ce qui retarde la consultation. Or en l’absence de traitement, de telles lésions peuvent être graves et avoir des conséquences redoutables, allant jusqu’à l’amputation.

Autrement dit, sans une surveillance quotidienne de ses pieds, ni soins appropriés, toute lésion des pieds du diabétique peut rapidement se compliquer d’ulcération, les plaies s’infectant et cicatrisant mal.

Une BD sur le pied du diabétique

Pour faire passer le message, les laboratoires Roche ont conçu une BD à destination des patients diabétiques et de leur entourage.

Le risque d’ulcération plantaire augmente avec la durée d’évolution du diabète et avec l’âge. Une mauvaise vue, un manque de souplesse pour examiner ses pieds, l’absence d’une tierce personne pour le faire à sa place, etc. s’ajoutent aux autres facteurs de risque.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Communiqué de presse Roche, 3 septembre 2012.