Peut-on mourir de tabagisme passif ?

Le tabagisme passif multiplie les risques de maladies des artères coronaires par 1,7, d'accident vasculaire cérébral par 1,8 et de cancer du poumon par 1,3. En Finlande, pays exemplaire en matière de lutte contre le tabagisme passif, il serait responsable de 250 morts par an.
Publicité

Une équipe finlandaise a calculé que 250 décès pouvaient être attribués au tabagisme passif en 1996 dans leur pays. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Institut finlandais de médecine du travail, rapporté dans Lääkärilhti, le journal médical finlandais. Pour expliquer cette mortalité, les auteurs rappellent que:

Publicité
Publicité
  • l'exposition passive à la fumée des autres augmente à long terme le risque de maladies des artères coronaires. Ce risque est accru de 70 % par rapport à celui qui n'est pas exposé au tabac environnemental. Et la mortalité cardiaque imputable au tabagisme passif a été estimée par les auteurs finlandais à 100 morts par an, dont 90 % d'hommes;
  • le tabagisme passif accroît le risque d'accident vasculaire cérébral d'un facteur 1,8. Il serait responsable de 80 décès annuels suite à un accident vasculaire cérébral;
  • la fumée des autres peut aussi être responsable d'un cancer pulmonaire: le tabagisme passif serait responsable d'un risque 1,3 fois plus élevé que pour les non-fumeurs qui n'y sont pas exposés. Plus de 50 morts par cancer pulmonaire seraient ainsi imputables chaque année en Finlande, au tabagisme passif.

La Finlande a adopté des mesures drastiques contre le tabagisme passif sur les lieux de travail. Néanmoins, dans ce pays exemplaire en matière de lutte contre le tabagisme, on considère que 10 % des travailleurs sont encore, malgré eux, exposés à la fumée de leurs collègues ! Certes, le nombre élevé de 250 morts imputables en une année au tabagisme passif se fonde sur une exposition à la fumée portant sur les décennies précédentes et il est probable que les chiffres iront à la baisse dans les années à venir.

Néanmoins, cette étude montre que le tabagisme passif a des effets dévastateurs sur la santé des non-fumeurs, qu'il est donc essentiel de faire adopter des mesures d'interdiction de fumer dans les lieux publics et, quand de telles lois existent comme c'est le cas en France, de faire en sorte qu'elles soient appliquées.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 10 Avril 2002 : 02h00
Source : CFES, mars 2002