Petits bourrelets ? Le laser endohypodermique est une arme supplémentaire

Le laser est une technique encore assez récente en France, qui permet d'éliminer les surcharges graisseuses localisées et en même temps d'améliorer le relâchement cutané. Introduit sous la peau, il détruit directement les cellules graisseuses. Le point sur ce traitement local avec le Dr Catherine de Goursac*.
Publicité

Quel est le principe du laser endohypodermique ?

Dr Catherine de Goursac : L'emploi du laser est récent en France mais il est utilisé depuis une dizaine d'années à l'étranger. Endohypodermique signifie que l'on va intervenir directement sur la graisse. On réalise une incision très fine (1mm de diamètre) afin d'injecter un liquide anesthésiant, d'une part, et ensuite d'introduire d'autre part une aiguille dans laquelle passe une fibre optique, le laser. Ce dernier va injecter des photons lesquels vont détruire directement la paroi des cellules graisseuses (adipocytes). Leur contenu lipidique se déverse et est ensuite naturellement éliminé par les macrophages, des cellules sanguines spécialisées dans l'élimination des cellules endommagées.

Publicité
Publicité

Quels sont les intérêts du laser endohypodermique ?

Dr Catherine de Goursac : Ce laser endohypodermique ne permet pas de traiter de grandes surfaces, comme la culotte de cheval ou l'abdomen. Il ne s'adresse qu'à de petites localisations.En plus d'éclater les cellules graisseuses, le fait qu'il coagule les petits vaisseaux environnants est un atout car grâce à ce mode d'action, le laser ne provoque pas d'hématomes, pas de bleus, comme c'est le cas avec les trois grands traitements actuels contre la cellulite : la lipoaspiration, l'injection de solution hypo-osmolaire et la mésothérapie ou injection de phosphatidylcholine. Le laser provoque aussi une certaine rétractation cutanée, d'où une peau de meilleure qualité après l'intervention.L'intérêt de ce laser vient également du fait qu'il se réalise en ambulatoire, c'est-à-dire qu'il ne requiert pas une intervention au bloc opératoire et nécessite une simple anesthésie locale. En revanche, les résultats ne sont pas visibles tout de suite justement en raison des injections de produits anesthésiants qui provoquent un gonflement de la zone traitée. On obtient un premier résultat au bout de 5-6 jours, mais le vrai résultat n'est constaté qu'après 2 ou 3 mois. Il faut savoir qu'une seule séance de laser est suffisante.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 25 Juin 2007 : 02h00