Petit-déjeuner : en vedette pendant les vacances

© Istock

Les vacances sont le moment privilégié pour prendre un bon petit-déjeuner.

Que ce soit en famille ou avec des amis, tous ensemble ou les uns après les autres selon le rythme de chacun, peu importe, l’essentiel est de bien manger. Afin de faire de même à la rentrée.

PUB

Le petit-déjeuner, pourquoi c’est important ?

Parce qu’un petit-déjeuner bien équilibré, suffisamment copieux est une des clés de la minceur. Nombre d’études l’ont démontré. Et c’est tout à fait logique.

Que se passe-t-il quand on zappe le petit-déjeuner ou qu’il est trop léger ?

On a faim dans la matinée, on grignote n’importe quoi de gras et sucré qui va faire sécréter de l’insuline, donner une nouvelle fringale et du coup, on se gavera au déjeuner.

Tandis que lorsqu’on prend le temps de bien petit-déjeuner, on apporte à son organisme les calories dont il a besoin après le jeûne de la nuit. On aura alors normalement faim à l‘heure du déjeuner. Et on met ainsi en place tout ce système de satiété qui régit notre équilibre alimentaire, et par conséquent, notre poids.

Pourquoi le petit-déjeuner est-il important pendant les vacances ?

Parce que les horaires sont bien plus souples : on n’a pas l’œil sur la montre comme pendant le reste de l’année, on a ainsi le temps de bien prendre ce rythme de trois repas par jour et on n’a plus besoin de grignoter entre ceux-ci.

PUB
PUB

Ce qui fait que, à la rentrée, la bonne habitude sera prise et que le corps réclamera spontanément sa dose de calories dès le matin.

Mais aussi parce qu’on emmagasinera alors l’énergie nécessaire pour aller se balader, grimper, nager, faire du vélo, de la planche à voile, de la bouée ou du fly fish et limiter ainsi les risques de blessures ou d’accident pour cause de muscles tous ramollos.

Petit-déjeuner : glucides et protéines à mâcher

Un petit-déjeuner riche en glucides améliore les performances physiques et intellectuelles.

Même si on n’a pas d’équations du second degré à résoudre au quotidien, le petit-déjeuner peut aider à ne pas s’endormir sur d’éventuels devoirs de vacances et, plus tard, à passer la matinée au bureau ou à l’école en pigeant vite et sans bailler.

Quant aux protéines, elles contribuent à apporter la satiété et à limiter la faim au cours de la journée. Elles ont aussi un effet positif sur l’activité du cerveau.

Mais aliments riches en glucides et en protéines doivent obligatoirement se mâcher, ceci pour favoriser la satiété. Et cela demande un peu plus de temps que pour avaler un bol de bouillie et un jus de fruit.

Voilà encore une bonne raison de prendre l’habitude d’un petit-déjeuner solide (dans tous les sens du terme) pendant les vacances.

Que mettre au menu du petit-déjeuner ?

Quand on est nombreux, il en faut pour tous les goûts.

  • Des liquides : eau, thé, café, lait : celui-ci peut s’enrichir de chocolat en poudre, évidemment.

    Il a le mérite d’apporter un peu de glucides et de protéines, mais surtout du calcium.

  • Des fruits : à l’unité ou en salade si une bonne âme s’emploie à la préparer.

    Les fruits, ça se mâche et c’est pour cela que c’est mieux qu’un jus.

    D’autant plus qu’on n’en manque pas en cette saison.

  • Des tartines : en pagaille, que chacun pourra se faire griller s’il le souhaite.

    Venues de divers pains, surtout de ceux qui sont riches en fibres.

    Recouvertes d’un bon beurre et de confitures.

  • Des produits laitiers : des fromages que l’on mangera avec du pain, des yaourts nature ou des fromages frais que l’on mélangera avec un fruit coupé en morceaux (toujours pour mâcher !).

  • Côté protéines, ça peut être des œufs brouillés ou au plat, une tranche de jambon ou de viande froide, et même des sardines à l’huile.

Selon les âges et les besoins énergétiques, le petit-déjeuner peut en fait se résumer à un bol de thé ou de café, une tartine beurrée et confiturée et un yaourt avec une pêche ou un abricot coupé dedans.

Publié le 11 Août 2014
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne
Source : Sandercock GRH et al.
Voir + de sources
Associations between habitual school-day breakfast consumption, body mass index, physical activity and cardiorespiratory fitness in English schoolchildren. Eur J Clin Nutr 2010;64:1086-1092 - Micha R et al. The glycaemic potency of breakfast and cognitive function in school children. Eur J Clin Nutr 2010 64: 948-957 - Birch LL, Davison KK. Family environmental factors influencing the developing behavioral controls of food intake and childhood overweight. Pediatr Clin North Am. 2001 Aug;48(4):893-907.
La rédaction vous recommande sur Amazon :