Perte de cheveux : le tif dans tous ses états
Sommaire

Les cheveux dans l'air du temps

La canitie, ou blanchissement des cheveux, s'installe progressivement avec l'âge, mais peut aussi apparaître de façon beaucoup plus rapide. Lors d'un choc émotionnel par exemple, le cheveu peut réagir en créant un processus enzymatique qui détruit les pigments capillaires, cela ayant pour effet un blanchissement brutal et irréversible de la chevelure. La tige du cheveu peut nous livrer des informations très précises sans limites dans le temps, car le cheveu est un matériau imputrescible s'il est bien conservé. Pour preuve, les analyses des cheveux de Napoléon, qui ont révélé des traces d'arsenic ou encore ces analyses des cheveux d'une momie âgée de 3.000 ans, qui ont décelé des traces de nicotine et de cocaïne ! Plus près de nous, si les analyses de cheveux permettent effectivement de confondre les cocaïnomanes, il semblerait que le cannabis résiste à ce type d'exploration.

Mémoire du cheveu et enquêtes policières

Comme toutes les cellules, celles du bulbe du cheveu contiennent l'intégralité du patrimoine génétique d'un individu. Ainsi, si l'on retrouve sur la scène d'un crime un cheveu avec son bulbe, on peut de façon certaine et irrévocable, affirmer l'identité de son propriétaire. En revanche, si le cheveu est coupé on ne peut déterminer de façon précise l'ADN de son propriétaire, mais l'analyse permet tout de même de mettre en évidence des mitochondries, qui sont de microscopiques éléments de cellules, et qui contiennent un type d'ADN dit mitochondrial. Cet ADN ne révèle qu'une partie du patrimoine génétique du propriétaire du cheveu car il n'est transmis que par la mère. On ne peut donc pas dans ce cas procéder à une identification formelle, mais on peut éventuellement exclure certaines personnes de la liste des suspects... Ces analyses couramment pratiquées, sont totalement admises par les cours d'assises depuis 1994.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Côté Santé, décembre-janvier 2006.