Le pélargonium : misez sur cette plante pour échapper aux infections respiratoires de l’hiver
Publié le 19 Novembre 2015 à 8h56 par Rédaction E-sante.fr

Les bons réflexes contre les infections respiratoires aiguës

Les infections respiratoires qui surviennent plus fréquemment durant l’hiver en raison d’une circulation plus intense de toutes sortes de virus, peuvent atteindre le nez, la gorge, les bronches et se traduire par une bronchite, une sinusite, une rhinopharyngite, laryngite, voire une angine ou encore une otite.

De telles infections virales finissent généralement par guérir toutes seules en quelques jours. En automédication ou sur prescription du médecin, on peut cependant recourir à des traitements qui s’attaquent aux symptômes : mal de gorge, toux, maux de tête, fatigue, courbatures…

Qui doit consulter ?

Si les infections respiratoires aiguës sont le plus souvent bénignes, elles peuvent cependant parfois entraîner des complications (souvent alors bactériennes) chez les personnes fragiles, lesquelles doivent consulter : c’est le cas des nourrissons et des très jeunes enfants, des personnes âgées, des fumeurs, des sujets atteints d’une affection cardiaque ou pulmonaire.

Attention, il peut s’agir d’une grippe : devant des symptômes évocateurs d’une grippe (survenue très brutale d’une fièvre élevée, d’un malaise général intense et de courbatures), il faut consulter rapidement, soit pour prévenir les complications potentiellement mortelles, soit pour bénéficier d’un traitement antiviral permettant d’éviter la grippe ou de l’écourter.

Les solutions naturelles

La solution phytothérapie

Plante aux propriétés anti-rhume, l’échinacea a deseffets préventifs et curatifs vis-à-vis des rhumes. Elle réduit le risque de développer un rhume, et une fois attrapé, elle diminue la durée de la maladie…

Pour consulter l’article « Deux fois moins de rhumes grâce à une plante dénommée Echinacea » : Cliquez ici !

La solution aromathérapie

L’huile essentielle de ravintsara (arbre à camphre) est très efficace contre les virus. Elle est recommandée contre les infections des voies aériennes, fréquentes en hiver : grippes, bronchites, rhumes…

Pour consulter l’article « Ravintsara : essentielle pour l’hiver ! » : Cliquez ici !

Quelles solutions naturelles contre les infections respiratoires aiguës ?

À côté du thym, de l’eucalyptus, de l’ail et de la propolis, le pélargonium sidoides est l’une des plantes phares contre les infections respiratoires aiguës qui ne nécessitent pas un traitement antibiotique (donc bénignes ne risquant par d’entraîner des complications).

Comment agit le pélargonium ?

Cette plante a la propriété d’empêcher l’adhésion des virus et des bactéries sur les cellules qui composent la muqueuse pulmonaire. Elle s’oppose ainsi au développement des germes. Le pélargonium fluidifie les sécrétions pulmonaires et apaise les irritations des bronches. Cette plante stimule également le système immunitaire, favorisant les défenses de l’organisme face aux agents pathogènes. Ces propriétés sont liées à sa richesse en coumarines, en tanins et en acides galliques, présents dans sa racine.

Certaines études n’ont apporté que de faibles qualités de preuves, mais quelques autres essais scientifiques ont démontré l’efficacité de cette plante (sous forme d’extrait standardisé EPs7630) contre la bronchite aiguë, avec diminution des symptômes : toux, expectorations, extinction de voix, maux de tête, fatigue, fièvre, sifflement des bronches.

Comment utiliser le pélargonium ?

C’est la racine du pélargonium que l’on utilise. On en trouve sous forme d’extrait végétal, de teinture mère (gouttes), de spray, de gélules ou de comprimés. Pour la podologie, il convient de respecter les conseils du fabricant.

Pour la teinture mère, on recommande :

  • Chez l’adulte : 20 à 30 gouttes par jour ou 10 à 20 gouttes par jour en prévention pendant plus d’une semaine.
  • Chez l’enfant de 6 à 12 ans : 5 à 10 gouttes 3 fois par jour.
  • Chez l’enfant à partir de 6 mois jusqu’à 6 ans : 5 à 10 gouttes 3 fois par jour.

Quelles précautions ?

Quasiment dénué d’effets secondaires et bien toléré, le pélargonium est indiqué chez l’adulte mais également chez l’enfant. En revanche, par mesure de précaution, il est contre-indiqué chez les femmes enceintes, qui allaitent, les nourrissons, les très jeunes enfants de moins de 6 mois, en cas de troubles cardiaques, rénaux, du foie, de la coagulation ou d’hypertension. Au moindre doute, il faut donc demander l’avis de son médecin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Agbabiaka TB, et al., Pelargonium sidoides for acute bronchitis: a systematic review and meta-analysis, Phytomedicine. 2008 May;15(5):378-85. Matthys H, et al., EPs 7630 improves acute bronchitic symptoms and shortens time to remission. Results of a randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre trial. Planta Med. 2008 May;74(6):686-92. Timmer A, et al., Pelargonium sidoides extract for acute respiratory tract infections. Cochrane Database Syst Rev. 2008 Jul 16;(3):CD006323. doi: 10.1002/14651858.CD006323.pub2. http://www.automedication.ch. Centre Cochrane Français, « Extrait de Pelargonium sidoides pour traiter les infections aiguës des voies respiratoires », 2013.