Pas de régime amaigrissant sans surpoids ni médecin !

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) met en garde une nouvelle fois contre les risques pour la santé liés aux régimes alimentaires amaigrissants. Ils doivent être réservés aux seules personnes en surpoids et non être suivis dans un seul but esthétique. Par ailleurs, tout régimeamaigrissant doit être entrepris sous la supervision de son médecin.

Publicité

Ces avertissements figurent dans le rapport de l’Anses publié en novembre 2010, et qui vient d’être validé officiellement par la communauté scientifique et médicale.

« La pratique de régimes à visée amaigrissante n'est pas un acte anodin et nécessite un suivi personnalisé par un professionnel de santé. »

L’Agence argumente :

Publicité
Publicité
  • Les régimes amaigrissants, très largement proposés et à tous, dans le commerce et sur Internet, sont liés à des risques à la fois cliniques, biologiques, comportementaux et psychologiques, dès lors qu’ils sont menés sans recommandation ni suivi d'un spécialiste.
  • Certaines populations sont plus sensibles que d’autres, avec un risque de conséquences néfastes plus ou moins graves sur la santé : adolescentes, femmes, femmes enceintes, personnes âgées…
  • Ces régimes amaigrissants peuvent provoquer des modifications profondes du métabolisme énergétique, souvent à l'origine du cercle vicieux d'une reprise de poids, éventuellement plus sévère, à plus ou moins long terme (effet yoyo).

En pratique

Les régimes amaigrissants ne doivent pas être utilisés en l’absence de surpoids et en dehors de toute indication médicale pour des raisons essentiellement esthétiques.

Ils doivent être suivis en cas de surpoids ou d’obésité et sous surveillance médicale.

Ne vous laissez pas naïvement tenter par les promesses de tous ces régimes qui font la couverture des magazines ! Seule une alimentation équilibrée, diversifiée et dont les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins permet de perdre du poids. Et pour réduire les risques de prise de poids, « l'évolution des habitudes alimentaires doit être associée à une activité physique régulière ».

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 13 Mai 2011 : 11h32
Mis à jour le Lundi 16 Mai 2011 : 13h59
Source : Communiqué de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, 12 mai 2011.
PUB
PUB