Ostéoporose : qui sera remboursé ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 10 Juillet 2006 : 02h00
Depuis le samedi 1er juillet, l'Assurance maladie prend en charge l'ostéodensitométrie, examen de référence permettant de dépister l'ostéoporose. Si cette nouvelle avait déjà été annoncée en juin par Xavier Bertrand, en revanche, les conditions permettant d'en bénéficier n'avaient pas encore été précisées. Elles viennent enfin d'être publiées au Journal officiel.
PUB

Prévention de l'ostéoporose

PUB
PUB

Comme annoncé par le ministre de la Santé, l'ostéodensitométrie est remboursée par la Sécurité sociale depuis le 1er juillet 2006, à hauteur de 70% sur la base d'un tarif fixé à 39,96 euros.

Cette mesure de prévention de l'ostéoporose pourrait à terme concerner 6 millions de personnes et représenter un investissement de l'ordre de 50 millions d'euros par an. Mais selon l'Assurance maladie, l'enjeu est conséquent puisque l'ostéoporose serait à l'origine de 130.000 fractures par an, dont 50.000 fractures du col du fémur.

Le décret officialisant cette mesure vient d'être publié au Journal officiel du 30 juin 2006 et précise (enfin) les conditions à remplir pour bénéficier du remboursement de l'ostéodensitométrie.

En population générale, quels que soient l'âge et le sexe (eh oui, les hommes aussi peuvent souffrir d'ostéoporose) :

  • antécédent de fracture sans qu'il y ait eu de traumatisme majeur (comme par exemple une fracture survenue à la suite d'une simple chute de sa hauteur) ;

maladie ou traitement connu pour induire une ostéoporose. C'est notamment le cas d'une corticothérapie suivie durant plus de trois mois consécutifs.

Chez la femme ménopausée (en plus des indications en population générale citées ci-dessus) :

antécédent de fracture du col du fémur sans traumatisme majeur chez un parent du 1er degré ;

faible indice de masse corporelle : inférieur à 19 kg/2 ;

ménopause précoce : avant 40 ans.

Le décret précise qu'une deuxième ostéodensitométrie peut aussi être indiquée à l'arrêt d'un traitement contre l'ostéoporose ou 3 à 5 ans après un premier examen, en fonction des nouveaux facteurs de risque apparus.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 10 Juillet 2006 : 02h00
Source : Communiqué de presse du ministère de la Santé du 30 juin 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
Ostéoporose : on peut anticiper 10 ans à l'avance !Publié le 13/03/2006 - 00h00

La femme à la ménopause présente un grand risque de souffrir d'ostéoporose, c'est-à-dire d'une fragilité osseuse l'exposant à des fractures. L'ostéodensitométrie est l'examen de diagnostic de référence, qui, semble-t-il, permettrait de prédire le risque d'ostéoporose dans les dix...

Dépistage de l'ostéoporose et sécuPublié le 22/05/2002 - 00h00

L'ostéodensitométrie est un examen qui permet d'évaluer l'état du squelette ainsi que le risque de fracture. Or, l'absence de son remboursement dans le cadre d'un dépistage systématique en retarde très souvent la prescription. C'est bien dommage, car on sait maintenant que la prévention est...

Ostéoporose : le traitementPublié le 29/05/2006 - 00h00

L'ostéoporose, maladie du squelette caractérisée par une fragilité osseuse, conduit à une augmentation du risque de fracture. Du fait du vieillissement de la population, cette affection est extrêmement fréquente. Il convient de diagnostiquer l'ostéoporose à temps. Concernant les...

Plus d'articles