Orthodontie : mon enfant a un palais trop étroit…

© Istock

Votre enfant suce son pouce et votre dentiste vous a dit qu’il avait un palais étroit ?

C’est fort possible, la succion du pouce ou de la tétine étant une cause majeure de palais étroit.

Quelles sont les autres causes et les conséquences d’un palais étroit ?

Quelles sont les solutions et à partir de quand faut-il intervenir ? 

Publicité

Pourquoi a-t-on un palais étroit ?

Un palais « étroit » signifie anatomiquement que le maxillaire est trop petit dans la largeur. L’arcade est assez étroite et très profonde.

Cette situation résulte souvent de la succion du pouce ou de la tétine, habitude qui entraîne une déformation du palais avec une tendance à creuser celui-ci.

Une mauvaise respiration peut aussi être à l’origine d’un palais étroit : lorsqu’un enfant respire uniquement par la bouche notamment, sa mâchoire supérieure tend à se rétrécir, à devenir plus étroite et donc plus profonde.

Sachant que la succion du pouce ou de la tétine favorise la respiration par la bouche, le risque de palais étroit est encore accentué. Et lorsqu’un enfant arrête le pouce ou la tétine, il risque de conserver par habitude une respiration par la bouche.

Publicité
Publicité

Quelles sont les conséquences d’un palais étroit ?

  • Un manque de place pour les dents.

  • Des problèmes ORL.

    Chez les enfants qui respirent par la bouche, les infections ORL sont plus fréquentes car l’air ne passant plus par le nez, il n’y a plus de barrière naturelle.

    Un cercle vicieux s’établit rapidement puisque les troubles ORL favorisent la respiration par la bouche.

  • Des apnées du sommeil.

    Les personnes qui présentent un palais étroit sont plus souvent atteintes d’apnées du sommeil, caractérisées par de multiples arrêts respiratoires qui notamment diminuent fortement la qualité du sommeil.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 24 Décembre 2012 : 10h00
Source : 14e Journées de l’orthodontie, Fédération française d’orthodontie (FFO), www.orthodontie-FFO.org, et Syndicat des spécialistes français en orthopédie dento-faciale (SSFODT), 4-7 novembre 2011.