L’origine des fausses couches à répétition enfin identifiée

Selon une étude britannique, les fausses couches à répétition sont liées à une anomalie de la muqueuse de l’utérus. Cette découverte suggère que l’on pourrait bientôt disposer de traitements préventifs…

Fausses couches à répétition : une anomalie de la muqueuse utérine

La faussecouche est un phénomène extrêmement fréquent : on estime que plus d’une grossesse sur cinq se solde rapidement par un avortement spontané. Mais une première fausse couche ne présume en rien de l’issue d’une nouvelle grossesse. Certaines femmes cependant vont faire ce qu’on appelle des fausses couches à répétition (à partir de trois fausses couches consécutives). Dans ces conditions, on essaye systématiquement d’en rechercher la cause afin de prévenir une nouvelle fausse couche, mais celle-ci est rarement identifiée.

Pourtant, des chercheurs britanniques viennent de déterminer l’origine des fausses couches : elles seraient dues à une quantité anormalement basse de cellules souches dans la paroi de l’utérus.

Ce déficit aurait pour effet d’accélérer le vieillissement de la paroi utérine, empêchant la réussite d’une grossesse.

Vers un traitement pour prévenir les fausses couches à répétition ?

Sachant que cette anomalie de la muqueuse utérine est présente avant même l’initiation d’une grossesse, on pourrait imaginer corriger ce déficit en cellules souches en amont d’une nouvelle grossesse chez les femmes à risque de fausses couches. Reste à mettre au point les traitements adéquats. Cette découverte pourrait aussi mener à un test de dépistage des femmes à risque de fausses couches…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Lucas E.S. et al., Loss of Endometrial Plasticity in Recurrent Pregnancy Loss, Stem Cells, V34, Issue 2, pp 346–356, February 2016.