Les ongles artificiels : revue détaillée des risques et dangers

© Istock

L’Agence sanitaire du médicament (Ansm) publie un rapport inquiétant sur les risques inhérents aux faux ongles. Après menu détail et autre avertissement, on retiendra qu’outre quelques précautions, la pose et la dépose des ongles artificiels devraient strictement relever des professionnels.

PUB

Les faux ongles : les 4 techniques de pose

  • La résine auto-durcisseuse : technique dite des « ongles sculptés », dont la dépose passe par l’immersion dans un solvant (acétone).
  • Le gel durcissant sous ultraviolets (UV) : technique pour allonger l’ongle naturel, dont la dépose nécessite un limage soigneux (pas question de gratter ni d’arracher soi-même les faux ongles).

À côté de ces deux techniques principalement utilisées à l’heure actuelle, citons :

PUB
PUB
  • La capsule en matière plastique, qui n’est plus guère employée : après fixation sur tout l’ongle, elle est limée pour être ajustée à la longue désirée.
  • Les morceaux de tissus de fibres de verre, peu utilisés car plus onéreux : ils sont directement collés sur l’ongle naturel ou sur une capsule.

Quelle que soit la technique, l’Ansm recommande vivement de s’adresser à un professionnel* tant pour la pose que pour la dépose, afin d’être sûr que les produits soient bien appliqués à la stricte limite de l’ongle et des cuticules (sans les recouvrir), et que le limage ne soit pas trop agressif (en cas de dépose de faux ongles en gel). À défaut, ces deux phases risquent de fragiliser les ongles et d’entrainer un décollement de l’ongle naturel.

Les autorités mettent en garde contre deux autres risques :

  • Les allergies au gel, à la colle ou à la résine, se traduisant par « un eczéma autour des ongles (rougeurs avec démangeaisons ou sensations de brûlure) et/ou sur le visage (surtout les paupières) ou par un décollement de l’ongle naturel. »
  • Les infections de l’ongle, se traduisant à la dépose par une coloration jaune ou verdâtre des ongles naturels et une inflammation locale, le plus souvent liée à une mycose.

5 conseils pour limiter les risques

Se laver les mains et brosser ses ongles soigneusement avant la pose.

Choisir des faux ongles courts (pour éviter un dommage mécanique du lit de l’ongle naturel).

Éviter de se souiller les mains avec les instruments et les produits durant le temps de polymérisation.

S’adresser à un professionnel pour s’assurer de la qualité des produits et de la technique de pose. Recourir également à un professionnel pour la dépose (limage ou solvant) afin de ne pas risquer d’abimer l’ongle naturel.

Ne pas porter d’ongles artificiels trop longtemps et après un port de 3 à 4 mois, faire une pause d’un mois avant de poser à nouveau des faux ongles.

En cas d’anomalie, faire ôter les faux ongles par un professionnel et consulter son médecin traitant ou un dermatologue.

Publié le 03 Août 2016 | Mis à jour le 03 Août 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), Actualité, « Pose d’ongles artificiels : l’ANSM informe sur les risques et les précautions à prendre », 2 août 2016, http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Pose-d-ongles-artificiels-l-ANSM-informe-sur-les-risques-et-les-precautions-a-prendre.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés