Les Omega sont-ils miraculeux ?

"Quelle pêche tu as ! Tu prends des Omega ?"

C'est ce que l'on entend souvent...

Les Omega sont devenus des stars, le mot est tombé dans le langage courant : il faut dire qu'il est plus médiatique que acide eicosapentaénoïque, ou autres noms du même acabit désignant ces différents acides gras censés nous sauver de presque tout.

Les Omegas, devenus si célèbres, sont-ils vraiment miraculeux ?

PUB

A quoi servent les Omega ?

A tout ou presque ! Car ils interviennent dans tous nos milliards de cellules et à tous les niveaux : formation, croissance, reproduction. Rien ne leur échappe, tous nos systèmes (cardiovasculaire, cérébral, hormonal etc.) ne peuvent bien fonctionner sans eux.

Omega 3 et Omega 6

Il existe deux grandes familles de ces Omega, les Omega 3 et les Omega 6.

Pourquoi 3 et pourquoi 6 ?

Les acides gras sont les constituants essentiels des lipides. Ils sont composés d'une chaîne d'atomes de carbone plus ou moins longue, liés entre eux par des "ponts chimiques" appelés "liaisons", qui peuvent être simples ou doubles.

PUB
PUB

Des atomes d'hydrogène peuvent se fixer sur ces liaisons.

C'est comme un collier dont les perles (les atomes de carbone) sont attachées soit par un simple anneau, soit par un double anneau (double liaison) et sur lesquelles sont fixées des petites breloques (les atomes d'hydrogène).

Quand elles occupent tous les anneaux, vous avez des acides gras saturés, quand il n'en reste qu'une de libre, il s'agit d'acides gras mono-insaturés et quand plusieurs de ces anneaux n'ont pas de breloques, ce sont alors des acides gras poly-insaturés.

Les Omega appartiennent à ce dernier groupe. Les chimistes ont adopté une nomenclature leur attribuant la dernière lettre de l'alphabet grec, l'Omega ( W ou ω ) et le chiffre 3 ou 6 par rapport à la place libre, là où il manque une breloque sur la chaîne de carbones.

Le problème, c'est que notre corps n'est pas capable de fabriquer ces Omega. Ils doivent nous être apportés obligatoirement par notre alimentation et, en plus, dans des proportions précises sinon ils se disputent, ce qui annule leurs actions bienfaisantes.

Et si l'on parle toujours des Omega au pluriel, c'est parce que, dans chaque catégorie, ils sont plusieurs, formant une famille.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 10 Juin 2011 : 11h24
Mis à jour le Vendredi 13 Juillet 2012 : 14h43
Source : The importance of the ratio of omega-6/omega-3 essential fatty acids. Biomedecine & Pharmacotherapy, Volume 56, Issue 8, Pages 365-379. A Simopoulos http://www.afssa.fr/
A Western-like fat diet is sufficient to induce a gradual enhancement in fat mass over generations
Florence Massiera*, Pascal Barbry††, Philippe Guesnet§, Aurélie Joly**, Serge Luquet**, Chimène Moreilhon-Brest†††, Tala Mohsen-Kanson*, Ez-Zoubir Amri* and Gérard Ailhaud http://www.jlr.org/   http://www.ncbi.nlm.nih.gov/
Serum Phospholipid Fatty Acids and Prostate Cancer Risk: Results From the Prostate Cancer Prevention Trial
Theodore M. Brasky*, Cathee Till, Emily White, Marian L. Neuhouser, Xiaoling Song, Phyllis Goodman, Ian M. Thompson, Irena B. King, Demetrius Albanes and Alan R. KristalAmerican Journal of Epidemiology   http://aje.oxfordjournals.org