L’obésité, facteur de risque de perte du greffon et de décès

Tout comme les maladies cardiovasculaires, la prise de poids après une transplantation rénale constitue un facteur de risque de perte du greffon et de décès. C’est en tout cas ce que montre une étude publiée dans la revue Transplantation.
© Istock

Obésité : un facteur de risque de décès après une greffe rénale

Une équipe de l'université de Leyde aux Pays-Bas a évalué, auprès d'une cohorte de 1 810 adultes ayant eu une transplantation rénale, l'impact de l'obésité, facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, sur la survie du greffon et des patients.

La médiane de l'indice de masse corporelle (IMC) avant la greffe était, selon leurs mesures, de 23 kg/m2. Un an après la greffe, elle avait augmenté de 1,6 kg/m2.

Avec un suivi médian de 8,3 ans et après ajustement des facteurs de risque cardiovasculaires, les risques de décès et de perte du greffon étaient augmentés respectivement de 22% (non significatif) et de 34% en cas d'obésité pré-greffe, de 39% pour les deux en cas d'obésité un an après la greffe et de 23% et 18% pour tout changement d'IMC (par tranche de 5 kg/m2) pendant la première année après la greffe, par rapport à un poids normal.

Chez les receveurs d'un greffon rénal, l'IMC un an après la greffe et son augmentation étaient beaucoup plus nettement associés au décès et à la perte de greffon que l'IMC avant la greffe.

Les patients qui avaient un IMC de plus de 30 kg/m2 avaient entre 20% et 40% d'excès de risque de décès et de perte de greffon par rapport à des personnes de poids normal.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Hopital.fr