Obésité : avoir recours à la chirurgie bariatrique pourrait vous coûter un divorce

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Jeudi 03 Mai 2018 : 13h00

Après une chirurgie destinée à perdre beaucoup de poids, les personnes obèses sont plus à risque de divorcer. Mais les célibataires ont plus de chances de trouver l'amour.

© Istock
PUB

Peut-on trouver l'amour grâce à une opération ou divorcer à cause de celle-ci ? Faut-il voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ? C'est la question que soulèvent des chercheurs suédois; ils ont publié une étude ce 28 mars sur l'impact de la chirurgie bariatrique sur les relations amoureuses.

"La chirurgie bariatrique est un traitement qui change la vie des patients atteints d'obésité sévère, mais on sait peu de choses sur son association avec les relations interpersonnelles", introduisent les auteurs au début de l'étude publiée dans la revue JAMA Surgery. Pour remédier à ce manque d'information, les scientifiques ont suivi deux populations.

La première concerne 1 958 Suédois opérés entre 1987 et 2001, tandis que la seconde concerne 29 234 personnes opérées entre 2007 et 2012. Afin d'avoir un panel représentatif, ont été sélectionnés des patients sont de sexe, âge et lieu de résidence différents.

20 % trouvent l'amour

Quatre ans après la chirurgie, les scientifiques ont observé un changement notable sur le plan personnel. Dans un cas sur cinq, les volontaires opérés vivaient une nouvelle relation ou s'étaient mariés. En comparaison, les personnes obèses non opérées étaient seulement 11 % à connaître une telle évolution. Après dix ans, l'écart se creuse un peu plus avec un tiers des opérés vivant une nouvelle relation contre 19 % chez les non opérés.

Mais ces volontaires ne sont pas tous heureux en couple, et la chirurgie peut changer cela. Au bout de quatre ans, le risque de divorce ou de séparation augmente de 28 % pour le premier groupe. Le second groupe, opéré plus tard, voit son risque de divorce atteindre les 41 %.

Mais comment expliquer cette tendance au changement ? Il faut d'abord noter que les personnes ayant perdu le plus de poids sont les plus concernées par ces évolutions personnelles.

PUB
PUB

Une séparation parfois positive

"Les comportements évoluent à mesure que les patients ont la possibilité de se lancer dans de nouvelles activités ou de nouvelles passions, et ce pour la première fois depuis plusieurs années", expliquent Joseph R. Imbus et Luke M. Funk, de l'université du Wisconsin (Etats-Unis) dans un commentaire associé à l'étude.

Ces nouveaux loisirs peuvent provoquer des modifications dans les relations. Surtout si le couple n'est pas épanoui avant la chirurgie. "Bien que la plupart des patients et leurs partenaires fassent état d'une qualité globalement accrue ou stable dans la relation, les partenaires de patients opérés disent parfois se sentir jaloux ou moins utiles", indiquent les chercheurs de l'étude. Ce qui pourrait expliquer un plus grand nombre de divorce.

Mais ces bouleversements ne sont pas forcément négatifs. La chirurgie permet au bénéficiaire de retrouver une confiance physique mais également psychologique en elle. Celle-ci peut donner le courage de mettre fin à une histoire qui ne fonctionne pas.

Cependant, les scientifiques précisent que les conclusions de cette étude ne s'appliquent qu'à la Suède et que pour l'heure les résultats ne pouvaient pas être généralisés à d'autres pays et cultures.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Jeudi 03 Mai 2018 : 13h00
PUB
PUB
A lire aussi
Sexualité : qui sont les hommes éjaculateurs précoces ? Publié le 10/03/2016 - 10h37

L’éjaculation précoce, c’est l’impossibilité de retenir l’éjaculation environ plus d’une minute après la pénétration vaginale. Une première depuis une quinzaine d’années en France, l’enquête d’envergure "Emoi" brosse le portrait de ces hommes souvent en détresse...

Divorce : les petits nomades de la garde alternéePublié le 27/04/2012 - 13h52

Avec un divorce pour deux mariages sur l’ensemble du territoire et deux sur trois dans les grandes villes, la mise en place et la gestion de la garde des enfants encombre les tribunaux. Résidence classique chez maman, avec un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires chez papa ou...

Plus d'articles