Un nouveau facteur de risque : le lit

Publié le Samedi 01 Avril 2000 : 02h00

Rester au lit serait l'un des plus importants facteurs de risque de décès, toutes maladies confondues. C'est ce que montre une grande étude américaine. Selon ses auteurs, cette découverte ouvre une voie de recherche des plus prometteuses. (Poisson d'avril 2000)

© Adobe Stock
PUB

Plus de 90 % des décès sont liés à l'alitement

Les chercheurs du National Institute of Human beings (le célèbre NIHb américain), qui ont réalisé cette étude, ont examiné les modalités du décès de plus de 40 000 personnes. Ils ont ainsi noté que 65,3 % des gens décédaient à l'hôpital (26 148), et presque 12 % dans des maisons spécialisées (4678). Les 22,9 % restant (9174) étaient décédées soit à domicile, soit sur le lieu de travail, soit encore à l'occasion d'un déplacement. Plus intéressant, ils ont remarqué que plus de 90 % des personnes étaient décédées dans un lit, et tout particulièrement dans un lit hospitalier (plus de 75 % des cas, toutes structures confondues). Le risque de décès est statistiquement lié à la durée de l'alitement. D'autre part, chez les personnes décédées à l'hôpital, la durée d'alitement ne dépasse pas 6 mois en moyenne, contre près de 36 mois à domicile. Cette étude a enfin montré que le risque annuel de décès augmente avec l'âge, sauf chez le fœtus, où le risque est inversement proportionnel à l'âge.

PUB
PUB

Un éclairage nouveau

Certains facteurs de risque, notamment cardio-vasculaires, ont été identifiés dans les 30 dernières années (tabac, diabète, hypercholestérolémie, obésité, hypertension, …) mais n'expliquent qu'une minorité des maladies et des décès. Les grands sujets de recherche du XXIème siècle semblent porter sur les causes réelles de la mort, la manière de la prévenir, et l'étude des substances destinées à éviter le vieillissement. Un programme ambitieux auquel le NIHb a donné le nom de code “ Fontaine de Jouvence ”. L'originalité de l'étude du NIHb est d'avoir recherché, non les facteurs prédisposant à telle ou telle pathologie (abondamment étudiés par ailleurs), mais les facteurs directement impliqués dans le décès. Des études antérieures avaient déjà corroboré le fait que l'âge avancé est un facteur de mort subite, sans que la cause exacte puisse être précisée.

Publié le Samedi 01 Avril 2000 : 02h00
Source : Aprilfish. et coll ' Clinophily : a new and terrrrrible risk factor ' Fish magazine 2000 ; 00 : 412- 032.
PUB
PUB
A lire aussi
En arrêtant de fumer avant 40 ans, on gagne 10 ans ! Publié le 31/10/2012 - 12h25

Voici une belle motivation pour les personnes qui souhaitent arrêter de fumer.Certes, le tabac diminue fortement l’espérance de vie, mais arrêter de fumer avant 35-40 ans permet de gagner 10 années de vie en plus par rapport aux fumeurs invétérés.

Plus d'articles