Nous devrions tous savoir ce qu'est la BPCO !

Deux tiers des personnes actives âgées de 40 à 65 ans risquent une BPCO, un handicap respiratoire majeur. Toutefois, personne ne s'en inquiète, alors que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) tue chaque année 16.000 Français. Or la BCPO se diagnostique très facilement par une simple mesure du souffle…
PUB

À l'occasion de la 4e Journée mondiale de lutte contre la BPCO, mercredi 16 novembre, le Comité national contre les maladies respiratoires (CNMR) communique les résultats d'une enquête menée par TNS Healthcare.Un quart des personnes âgées de 40 à 65 ans sont fumeuses et 37% sont d'anciens fumeurs. Ce qui signifie que 62% sont à risque de BPCO, soit près des 2/3.Concernant les symptômes respiratoires décrits, 25% se jugent facilement essoufflés et 22% déclarent tousser souvent. Au total, 36% présentent l'un de ces deux symptômes. Encore plus handicapant, 11% des sujets disent avoir dû réduire leur activité à cause du manque de souffle ou de la toux. Malgré tout, seules 39% des personnes souffrant d'un essoufflement ont consulté, seuls 49% des sujets atteints de toux et seuls 68% en cas de toux avec essoufflement.Aujourd'hui, la BPCO frappe en France entre 3 et 4 millions de personnes, mais le diagnostic n'est connu que chez un tiers environ de ces sujets. En 2020, cette maladie constituera la 3e cause de mortalité par maladie dans notre pays et dans le monde.

A savoir

  • La BPCO concerne des personnes de plus en plus jeunes.
  • Le diagnostic de BPCO est facile à porter face à une personne à risque (fumeur de plus de 40 ans) : la mesure du souffle est simple et indolore.
  • Des examens de dépistage peuvent être effectués par tout médecin, conduisant, s'il y a la moindre anomalie, à des explorations plus complètes de la capacité respiratoire.
  • Une radiographie pulmonaire normale ne permet absolument pas d'écarter la présence d'une BPCO.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 14 Novembre 2005 : 01h00
Source : Communiqué de presse du Comité national contre les maladies respiratoires (CNMR), novembre 2005.