Des noix tous les jours pour vivre plus longtemps

Publié le 09 Décembre 2013 | Mis à jour le 23 Décembre 2013
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© Istock

Nous savions que les fruits à coques étaient riches en éléments bons pour la santé.

Grâce à une nouvelle étude, nous savons que plus nous en mangeons, plus longtemps nous vivons.

C’est bon à savoir…

PUB

Les fruits à coques ou fruits secs oléagineux - amandes, pistaches, pignons, noisettes et noix (pécan, Brésil, macadamia...) - sont

  • riches en acides gras, en fibres, en minéraux et en antioxydants.
  • réputés bons pour la santé et l’huile de noix peut être utilisée dans les salades pour sa richesse en oméga 3.

Bien entendu, les fruits à coques transformés, grillés, salés, caramélisés ne sont pas à prendre en considération, car seuls les fruits frais sont potentiellement bons pour la santé.

Quant aux cacahuètes, elles ne font pas partie de cette liste, simplement parce qu’elles sont souvent mises en cause dans des allergies.

PUB
PUB

Fruits à coques et santé : des études sérieuses

Avoir bonne réputation est une chose, mais démontrer une vraie efficacité en est une autre. C’est ce que vient de faire le Pr Ying Bao, avec son équipe de recherche. Ils ont dans ce but suivi les consommations de fruits à coques des 76.464 infirmières de la Nurses’ Health Study de 1980 à 2010, et celle des 42.498 professionnels de santé masculins de la Health Professionnals Follow-up Study de 1986 à 2010, soit plus de 130.000 personnes pendant 30 ans.

Ces études mises en place chez les professionnels de santé sont particulièrement importantes et sérieuses. C’est ainsi chez les médecins anglais que fut démontrée la relation entre la consommation de cigarettes et la survenue du cancer du poumon.

Plus on mange de fruits à coques, moins on est malade

En l’occurrence, il s’agit ici d’une bonne nouvelle : plus on mange de fruits à coques, plus on vit longtemps, par rapport à ceux qui n’en mangent jamais.

Le risque de mortalité toute cause confondue baisse en fonction du niveau de consommation, soit :

  • 7 % pour ceux qui en mangent moins d’une fois par semaine ;
  • 11 % pour ceux qui en mangent une fois par semaine ;
  • 13 % pour deux fois par semaine ;
  • 15 % pour 5 à 6 fois par semaine ;
  • et 20 % pour ceux qui en mangent plus de 7 fois par semaine…

Cette étude a ainsi pu cumuler le suivi de plus de 3 millions d’années de vies humaines et démontrer que cette consommation de fruits oléagineux diminuait tant les risques de cancers, que les risques cardiovasculaires ou respiratoires.

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés