La neuropathie, première complication du diabète

© Istock

La neuropathie correspond à une atteinte des nerfs. Chez le diabétique, il s'agit d'une complication très fréquente : plus le diabète avance, plus la neuropathie est fréquente avec un diabétique sur deux touché après 25 ans de diabète.

Publicité

La neuropathie est une complication du diabète difficile à diagnostiquer

Alors que l'atteinte des nerfs peut avoir une origine variée : alcoolisme chronique, certains virus, le tabagisme, certains médicaments, etc., chez les diabétiques, c'est l'hyperglycémie qui en est à l'origine : l'excès prolongé de sucre dans le sang finit par altérer le fonctionnement du nerf et par ralentir la conduction nerveuse. A la longue, cette altération fonctionnelle peut entraîner des lésions de la structure du nerf, alors difficiles à réparer, voire irréversibles.

Tous les nerfs de l'organisme peuvent être touchés. On distingue l'atteinte des nerfs périphériques qui permettent de faire bouger les membres et les différentes parties de la tête (yeux, mâchoires), de celle des nerfs du système nerveux autonome, commandant les organes à l'intérieur du corps, comme l'estomac, les intestins, etc.

Publicité
Publicité

Quels sont les symptômes de la neuropathie du diabétique ?

  • La neuropathie périphérique s'accompagne de symptômes plus ou moins sévères.

Il s'agit le plus souvent de douleurs se manifestant surtout la nuit et pouvant fortement altérer la qualité de vie. Il s'agit en fait d'une perturbation de la sensibilité à la douleur.

Certaines personnes diabétiques ne ressentent pas de douleur lors d'une piqûre, d'autres ressentent une douleur très violente, anormale également. Par exemple, le contact d'un simple drap ou du pantalon peut entraîner une douleur très vive.

Ces symptômes évoluent parfois très rapidement et spontanément (vraisemblablement au rythme des variations de la glycémie).

Plus rarement, des troubles moteurs apparaissent, entraînant des difficultés à la marche (sorte de faiblesse musculaire mais indolore), ou bien une atteinte des muscles, provoquant des déformations des pieds et de mauvais appuis, une réduction de la transpiration des pieds et des jambes, fragilisant fortement la peau.

Mais parfois aussi, cette atteinte des nerfs est asymptomatique. La personne qui ne ressent rien par absence de sensibilité à la douleur peut se blesser sans s'en rendre compte, se faire un hématome, voire une blessure, sans avoir mal. Les pieds sont fortement exposés.

  • La neuropathie du système nerveux autonome peut entraîner des symptômes tout aussi sévères selon l'atteinte nerveuse des différents organes :

Celle de l'estomac entrave la contraction gastrique, celle du système cardiovasculaire porte atteinte à la tension artérielle (hypotension orthostatique : chute de tension au lever avec vertige) ou peut se traduire par un infarctus du myocarde silencieux, le fonctionnement intestinal peut être altéré, tout comme le système urinaire, la sudation, etc.

La mise en évidence d'une neuropathie passe notamment par la réalisation d'un électromyogramme (enregistrement de l'activité électrique des muscles, lesquels sont innervés par les nerfs), d'un test de la sensibilité, d'un électrobiogramme (examen électrique de la conduction nerveuse).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 01 Septembre 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 16 Octobre 2015 : 09h48
Source : Association française des diabétiques (AFD), Equilibre n° 264, juillet / août 2008.