Les mystères du French Kiss

© Istock

Le baiser sur la bouche, popularisé par les films américains est devenu de plus en plus une pratique internationale, alors qu’auparavant, il ne se pratiquait pas partout dans le monde. Mais au fait, que se passe-t-il lors d’un baiser et que risque-t-on lorsqu’on s’embrasse ?

PUB

Ce qui fonctionne normalement dans le corps lorsqu’on s’embrasse…

D’abord, ce sont des muscles, une vingtaine de muscles de la joue, de la langue, des lèvres, qui entrent en action. N’imaginez pas pour autant perdre beaucoup de calories en embrassant, même si votre cœur bat plus rapidement. Il s’agit d’un effort physique très modéré !

Et puis, à côté de ce travail musculaire, vos organes des sens sont ouverts à toutes les expériences. Vous voyez votre partenaire de très près, vous respirez son odeur, vous goûtez sa saveur, vous entendez son souffle et vous percevez le contact avec son corps. Vos cinq sens se déploient donc lors de cette rencontre avec l’autre.

Lorsque vous vous embrassez, c’est la rencontre de deux amoureux, mais aussi la rencontre de deux écologies microbiennes. Lors d’un baiser amoureux, en 10 secondes à peine, 80 millions de bactéries sont échangées. Même saine notre bouche contient toutes sortes de bactéries en équilibre les unes avec les autres. Et cet équilibre n’est jamais identique à celui d’une autre personne. Ainsi, vos bactéries, y compris celles ayant un effet bénéfique, vont faire varier la flore buccale de votre partenaire… et réciproquement. Il peut donc se produire, au début, des réactions inattendues d’adaptation. Petite irritation, brûlure… Puis, quand un couple est constitué et s’embrasse, on s’aperçoit que leurs flores buccales finissent par se ressembler. La flore buccale de deux personnes ne s’étant jamais embrassées est, quant à elle, très différente !

PUB
PUB

S’embrasser diminue aussi le taux de cholestérol. Une étude (1) a demandé pendant 6 semaines à des couples de s’embrasser plus souvent. Les taux de cholestérol avaient diminué au bout de 6 semaines !

Le baiser et le fonctionnement émotionnel

La même étude (1) a constaté, à l’aide de tests psychologiques, après 6 semaines de baisers intensifs, une diminution nette du stress et une augmentation de la satisfaction dans la relation.

Ces changements sont peut-être liés aux effets sur les hormones du French Kiss. Car s’embrasser souvent diminue le niveau de cortisol (l’hormone du stress) et augmente celui de l’ocytocine (2) qualifiée d’hormone de l’amour car elle augmente la confiance en l’autre et le sentiment amoureux, elle rend moins peureux, plus curieux, plus attentionné, moins anxieux…

Publié par Dr Catherine Solano le Jeudi 02 Juillet 2015 : 16h56
Mis à jour le Jeudi 30 Juin 2016 : 14h40
Source : Remco Kort, Martien Caspers, Astrid van de Graaf, Wim van Egmond, Bart Keijser and Guus Roeselers Shaping the oral microbiota through intimate kissing. (1) Kory Floyd, Justin P. Boren, Annegret F. Hannawa, Colin Hesse, Breanna McEwan & Alice E. Veksler. Kissing in Marital and Cohabiting Relationships: Effects on Blood Lipids, Stress, and Relationship Satisfaction. Western Journal of Communication Volume 73, pages 113-133Issue 2, 2009. (2) Kerstin Uvnas Moberg. Ocytocine, hormone de l’amour. Editions le souffle d’or. 2006. Rafael Wlodarski, Robin I. M. Dunbar Examining the Possible Functions of Kissing in Romantic Relationships Archives of Sexual Behavior  November 2013, Volume 42, Issue 8, pp 1415-1423.Grammer, K., Fink, B., & Neave, N. (2005). Human pheromones and sexual attraction. European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology, 118, 135–142.