Mycoses digestives : rares… ou pas ?

Une mycose digestive, c’est-à-dire la colonisation de l’intestin par des champignons, est très dangereuse pour les personnes fragiles.
Pour Monsieur et Madame tout-le-monde, elle est évoquée pour expliquer des symptômes moins graves, mais tout de même gênants.

PUB

Mycose digestive : très grave pour les personnes fragiles

Commençons par ce que nous dit la médecine. Chez les personnes très fragiles dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes qui souffrent du VIH ou les enfants malades par exemple, il peut arriver qu’un champignon colonise l’intestin.

C’est un problème très sérieux : une telle mycose entraîne des diarrhées parfois très sévères. Mais surtout, le champignon ainsi installé dans l’intestin peut passer dans le sang. L’infection est alors souvent mortelle.

Les champignons les plus souvent incriminés dans ces cas sont du genre candida, parce qu’ils sont les hôtes les plus fréquents de notre organisme, même quand nous sommes en parfaite santé. Mais d’autres champignons peuvent envahir dans les mêmes conditions, avec les mêmes risques.

PUB
PUB

Quid de la candidose digestive ?

Quand les candidoses digestives sont évoquées hors d’un contexte de maladies graves, on parle généralement de symptômes gênants, mais bénins : diarrhée, ballonnements, fatigue… certains évoquent aussi l'anxiété, ou des maux de tête.

Il faut cependant savoir qu'il est très difficile de diagnostiquer une mycose digestive.

On peut facilement repérer une mycose ou une candidose quand elle est installée dans la bouche, dans l'anus ou dans le vagin chez les femmes : un simple prélèvement par frottis permet de vérifier quels germes ont colonisé la zone malade.

Mais dans l'intestin c'est une autre affaire et les tests peuvent être compliqués. En effet, le candida étant présent dans notre corps sans poser de problème, le simple fait qu'il soit présent ne constitue pas encore un diagnostic.

Il est donc difficile, chez les personnes qui sont en bonne santé, de faire la différence entre une candidose digestive et un simple déséquilibre de la flore intestinale.

Publié le 14 Juillet 2014 | Mis à jour le 12 Mai 2015
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé