Migraine avec aura, le témoignage d'Elisabeth

Une migraine, c’est toujours plus compliqué qu’un mal de tête. Et une migraine avec aura, c’est encore plus compliqué !

Nous avons rencontré Elisabeth B., qui en souffre depuis son adolescence. Voici son témoignage.

PUB

Quand vous êtes-vous rendu compte que vous aviez des migraines avec aura ?

J’étais adolescente, chez les scouts. Tout à coup j’ai eu des symptômes bizarres : je ne parvenais plus à écrire, ni à parler correctement. En fait j’avais l’impression de ne plus parvenir à réfléchir. Ça m’a fait un peu peur… Les animateurs m’ont envoyée à l’infirmerie, puis mes parents sont venus me chercher.

Nous sommes allés chez le médecin, qui a confirmé que je n’avais probablement rien de grave, mais a tout de même conseillé des examens pour aller plus loin. J’ai donc passé un scanner du cerveau ; comme tout était normal, le médecin a posé le diagnostic de la migraine avec aura.

PUB
PUB

Ne plus réussir à écrire ou parler reste le symptôme que j’ai le plus souvent. J’ai aussi parfois des taches devant les yeux. La douleur ne vient que quelques heures après le début de la crise.

Quelles sont aujourd’hui les conséquences sur votre vie quotidienne ?

J’ai une crise par mois environ, toujours au moment de mes règles.

La plupart du temps, si je prends mes médicaments au moment des tout premiers signes je réussis à échapper à la douleur. Le problème, c’est que je suis professeur, donc en « représentation » une bonne partie de la journée. Quand une crise débute en plein cours je dois me débrouiller pour continuer malgré tout devant les élèves, ce n’est pas toujours évident ! J’y arrive la plupart du temps, mais c’est extrêmement fatiguant.

Publié le 17 Février 2014 | Mis à jour le 18 Février 2014
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé
Source : Merci à Elisabeth B.
Voir + de sources
pour son témoignage recueilli par Marion Garteiser.
La rédaction vous recommande sur Amazon :