Mentir pour mieux grandir

Publié le Lundi 05 Février 2007 : 01h00
Non-dits, entorses à la vérité ou vrais mensonges : la plupart des enfants ont besoin de transformer ou de dissimuler certaines réalités. Pourquoi ? Cette attitude est-elle nécessaire à leur épanouissement ?
PUB

Quand les enfants mentent-ils ?

Aux États-Unis, des études ont démontré que les enfants mentaient généralement, soit pour éviter une punition, soit pour se faire « fabuler eux-mêmes » : « oui, je t'assure j'ai vu le Père Noël ! » Cet exemple jouant un rôle particulièrement important dans leur développement psychoaffectif.

Pourquoi ? Parce que ce type de mensonge qui propulse le petit dans l'imaginaire permet de mettre à distance certaines angoisses et de surmonter plus facilement certaines réalités auxquelles l'enfant n'est pas encore préparé.

PUB
PUB

Imaginaire et duperie

Reste que si ce type de mensonge est bien compréhensible et semble être constitutif de l'épanouissement de l'enfant, mentir pour « éviter la sanction » pose davantage de problèmes. Parce que le mensonge est ici manié consciemment et utilisé explicitement pour tromper et duper.

Rechercher la ou les causes du mensonge, apporter l'aide dont l'enfant a besoin, lui expliquer les limites du leurre, sont autant de méthodes que pourront ici utiliser les parents pour remédier à ce genre de problème.

Publié le Lundi 05 Février 2007 : 01h00
Source : Psychoenfants, janvier 2007.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Comment aider un enfant qui est timide ?Publié le 06/08/2007 - 00h00

La timidité, très répandue, paraît souvent anodine à ceux qui ne sont pas trop timides. Pourtant, elle peut gâcher la vie, entraîner des angoisses très importantes, des sentiments horribles de honte, de panique… Alors, tous les parents qui aiment leurs enfants ont envie de les aider à...

Les ados, à la frontière du borderline ?Publié le 22/10/2010 - 13h33

L’enfant teste les limites de ses parents, en voulant toujours plus. Plus tard, ce besoin franchit un cap, et pour certains ados, flirter avec les limites devient le seul moyen de se sentir exister. Explications avec Pierre G. Coslin, professeur de psychologie.

Plus d'articles