Mélilot

Le mélilot (Melilotus officinalis) est traditionnellement utilisé pour diminuer les symptômes liés à l’insuffisance veineuse : jambes lourdes, gonflements, inconfort…On le recommande également contre les varices, les hémorroïdes et les ecchymoses.

Publicité

Le mélilot, plante médicinale historique

Le mélilot est une plante courante en Europe. On la trouve au bord des chemins et sur les terrains incultes. Ses longues tiges fines, qui peuvent aller jusqu'à plus d'un mètre, sont ornées de petites fleurs jaunes. Les fleurs sont récoltées en été, puis séchées. Le mélilot est une plante mellifère qui doit son nom au grec "meli" qui signifie miel. Il peut également servir de plante fourragère.

Parfois appelé herbe-aux-puces ou trèfle de cheval, le mélilot est une plante médicinale très ancienne : en Egypte, considérée comme sacrée, la plante était censée « éloigner la mort ». Elle était conseillée par Hippocrate contre les ulcères et connue de Galien et Dioscoride. Au Moyen Âge, consacrée sacrée, elle entrait dans la composition de nombreux philtres. Aujourd’hui les sommités fleuries sont utilisées comme tonique veineux.

Contre l’insuffisance veineuse et les œdèmes

Le mélilot est utilisé pour traiter les symptômes de l’insuffisance veineuse notamment en cas de sensation de jambes lourdes ou gonflées. On la conseille contre les varices et lors des crises hémorroïdaires.

Le mélilot contient des coumarines, aux propriétés anti-inflammatoire et anti-œdémateuse. Il contient également des flavonoïdes qui lui confèrent des effets protecteurs sur les vaisseaux, très utiles en cas de fragilité capillaire et de varices.

Le mélilot est également conseillé en cas d’œdème. Il a notamment fait ses preuves dans la réduction des œdèmes du bras consécutifs à une opération du cancer du sein (1). Il agit comme un stimulant du système lymphatique et favorise ainsi la résorption des œdèmes.

La commission E (commission allemande de phytothérapie) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) reconnaissent son usage pour soulager les sensations de jambes lourdes et d’inconfort associées à une insuffisance veineuse. L’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) le recommande pour traiter l’insuffisance veineuse chronique.

La commission E mentionne également son utilisation comme « traitement adjuvant en cas de phlébite, d’hémorroïdes et de congestion lymphatique. »

Guide: 

Publié par Audrey Gast le Mardi 25 Août 2015 : 17h15
Mis à jour le Jeudi 18 Août 2016 : 17h12
PUB
PUB